31 octobre 2015

La Comète, un bistro, une ambiance ! Et un bel anniversaire !





Je suis sorti de la Comète, ce soir, à minuit vingt. C'est peut-être la première fois que je quitte les locaux aussi tard. La soirée fut bonne, à part au début, quand je me suis engueulé avec quelques ivrognes. Il y avait en effet quelques types qui étaient saouls quand je suis arrivé alors qu'il y avait un concert. Chaude ambiance, quoi ! Mais j'ai un travers sournois : je ne supporte pas les gens saouls quand je suis à jeun. D'ailleurs, Philippe, dit l'élégant, est parti un peu après mon arrivée. Je lui avait dit "ferme ta gueule et arrête de me casser les couilles, ou je t'en colle une". Il m'a répondu : "chiche, si tu veux on sort". Audiard avait dit un truc du genre : "Quand les types de 120 kg ouvrent leur gueule, ceux de 60 la ferment". Discrètement, après avoir fanfaronné au près de quelques types sans qu'il se rendent compte qu'il se foutaient de sa gueule en imaginant un combat entre lui et moi, il est parti.

En plus du concert, il y avait des braves gens qui fêtaient un anniversaire dans la salle du fond à gauche. L'ambiance était vraiment très bonne (je vous passe la fin de la soirée : François et Roger ont fait le ménage et je suis parti tard).

En rentrant à la maison, je me suis mis à rêvasser et je me suis rappelé que j'avais oublié un truc : mes blogs ont eu dix ans hier. Avant hier, pour être précis, vue l'heure avancée.

L'affreux Didier Goux a publié son journal, hier (voir ma bloguerolle) et, à un moment, il, même si son blog est un peu plus récent que le mien, il a exprimé le fait qu'il était en train de tourner la page. On a le même état d'esprit, je crois et bien qu'il soit un affreux réactionnaire, ce n'est pas le seul truc que nous avons en commun.

Cela étant, mes bises d'anniversaire iront naturellement vers l'ami Falconhill, la seule andouille que je connaisse dont le blog est encore plus vieux que les miens !


4 commentaires:

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.