03 décembre 2015

Fusions de listes et analyse politique idiote

Manuel Valls avait émis l'idée de fusionner les listes de la droite et de la gauche entre les deux tours si le Front National risquait de gagner. J'y suis totalement opposé (les raisons importent peu et sont les mêmes que celles exprimées par de nombreuses personnes à gauche). 

Pierre Parrillo, blogueur officiel de la droite bête, a fait son avant-dernier billet à ce sujet. Lisez aussi le dernier, il est très drôle : il critique le Front National comme s'il suppliait les électeurs de droite de ne pas voter pour lui. Comme s'il découvrait le problème. Revenons à son dernier billet. 

Tout d'abord, il accuse la gauche d'avoir fait monter le FN au cours de ce début de quinquennat. Il faudrait que ce brave garçon arrête les arguments débiles. Le FN était à 11% en 2007 et à 18 en 2012. C'est important : faire des théories en se basant sur des données erronées n'a jamais rien produit de bon. 

Ensuite, il semble exiger que le PS retire ses listes s'il arrive troisième. Ma réponse est non. Basta. Ma réponse n'intéresse personne ? Tant pis ! 

Je lui explique : si le PS retire ses listes, c'est assurer la victoire de son parti mais aussi l'absence d'opposition de gauche. Une espèce de carte blanche à LR...c'est donc non. Et la position de Valls avait un sens dans ce contexte. OK, on vous assure la présidence mais vous nous laissez des élus. La République, la nôtre..., est faite ainsi. 

D'ailleurs, les andouilles de la vraie gauche devraient y penser. On n'a pas de victoire sans concession. D'ailleurs, le "dézonage" de la carte Orange en Île de France était une idée du Front de Gauche ou des écolos et a été fait parce qu'il y a eu des accords électoraux. 

La deuxième remarque que je ferai à l'andouille, c'est que LR représente moins de 30% des électeurs et n'a aucune légitimité pour revendiquer la tête de régions, de beaucoup de régions,... Pas plus que le PS n'en avait la fois précédente. La victoire se fera dans les urnes, avec un mode scrutin pas génial mais nécessaire. 

Enfin, un peu d'humilité ne nuit pas. Parrillo oublie souvent les erreurs de la droite. Par exemple, une des informations du jour est que Tapie devra rembourser 400 millions (voir les détails chez Detoutderien dans ma blogueroll). Et s'il doit rembourser 400 millions qu'il a touchés, c'est bien parce que Sarkozy a fait une connerie. Nous autres, blogueurs de gauche, on s'en amuse (d'autant que Nanard a été un de "nos" ministres). Mais c'est bien le Front National qui va profiter de toutes ces conneries. 

Pour en revenir à cette élection, le PS et ses alliés seront les perdants. Ils avaient toutes les régions et vont n'en conserver que 4 ou 5. Il n'empêche que LR et ses alliés auraient dû gagner toutes les autres puisque quand ils étaient au gouvernement, la gauche gagnait tout. Or le FN va en gagner plusieurs. 

A ce titre, les grands perdants de cette élection vont être la droite. Elle n'aura vraisemblablement pas gagné 50% des régions. Elle sera donc seule responsable de la montée de "son extrême". Elle n'a pas su faire le job. 

Le moment n'est pas venu de fanfaronner. L'analyse (si on peut appeler cela ainsi) ne doit pas être partielle. Le PS va prendre une baffe comme tout parti au gouvernement lors d'élections locales. 

La droite est en slip. 

7 commentaires:

  1. La droite qui se fait dépasser par le FN, les Républicains s'autodétruisent.

    RépondreSupprimer
  2. Bref, à vous en croire, on s'achemine vers un écrasant triomphe de la gauche.

    (Et, après ça, on vient se moquer des analyses de ce pauvre Parillo…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pas du tout. Vous ne savez plus lire ?

      Supprimer
    2. Dire que la gauche va conserver 4 ou 5 régions, c'est, à mon sens, lui prédire un écrasant triomphe !

      D'un autre côté, tout le monde sait bien que je ne comprends rien à la politique…

      Supprimer
    3. Didier, ce n'est pas ce que je veux dire mais le contraire. En gros, malgré sa cuisante défaite annoncée, la gauche va gagner quelques régions. Comme le FN aussi, la droite dite républicaine ne fera pas un triomphe contrairement aux habitudes où le parti d'opposition au niveau national se retrouve ultra majoritaire aux élections locales.

      Supprimer
  3. les analyses politiques de Parrillo sont étudiées dans les mauvaises écoles
    Il est à peu près certain que LR gagnera des régions mais en partant de très peu, ce n'est pas difficile, cette réflexion est également vraie pour l'X droite, la gauche en perdra, c'est également certain, mais combien ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.