18 décembre 2015

Hollande réélu en 2017 ?


Les vacances commencent bien. Un premier sondage depuis longtemps donne François Hollande devant Nicolas Sarkozy en 2017. N'allez pas penser que je me mets à rêver d'autant que je ne sais pas si Pépère se représentera et que je ne crois pas que Sarko sera le candidat de la "droite de gouvernement". Contre Juppé, je ne crois pas aux chances d'une réélection. Et les sondages étant toujours délirant, Alain Juppé pourrait se balladuriser. 

Toujours est-il que mon motif de satisfaction est double. 

Le premier : rien n'ai jamais perdu. 

Le deuxième : je n'ai jamais compris qu'une majorité de Français préfèrent Sarkozy à Hollande voire souhaitent son retour. J'arrivais à comprendre que Marine Le Pen soit en tête ne serait-ce que par désir de virer les autres, mais pour l'ex, cela me paraissait surréaliste. 

On peut considérer que ce dernier s'est grillé et que la patronne du Front National tombera aussi, notamment avec sa gaffe d'hier (les photos publiées dans Twitter). 

Vive les vacances. 

21 commentaires:

  1. Les photos sur twitter est le type même d'"événement" qui sera totalement oublié d'ici quelques jours.
    Et si Sarkozy (comme Wauquiez dans sa région) arrive à siphonner assez de voix au FN, il sera élu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas sûr qu'ils seront oublié. Après tout, les conneries du détail de son père lui traîne derrière.

      Supprimer
  2. Je comprends quand tu dis que tu n'as jamais compris qu'on pouvait préférer Sarkozy a Hollande. Aussi parce que je commence à ne pas comprendre moi même comment on peut préférer Hollande a Sarkozy (ou à toute autre personne de l'opposition)

    Mais je pense surtout que le retour de Sarkozy est la pire chose qui pouvait arriver a la droite (et à la France).

    Le scénario de Houllebecque se confirme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Falconhill, je pense que tu fais confusion entre les aspects personnels (droite/gauche et ce que tu ressens en toi), les personnes et les vrais projets politiques (les promesses comme les actions).

      Après tu pourras comparer point par point, aspect par aspect, les deux quinquennats (de 7 ans, d'après Didier).

      Fais la démarche.

      Supprimer
  3. Et bonnes vacances et bon enfin d'année surtout !

    RépondreSupprimer
  4. J'allais dire la même chose que M. Arié (la première phrase seulement). Je crois même que cet "événement" n'est même pas parvenu aux oreilles de 9,5 Français sur 10.

    Pour le reste, je crois de plus en plus à un second septennat Hollande, compte tenu d'une part de son talent manœuvrier et de son cynisme absolu, et d'autre part de l'état de déréliction de la droite "propre sur elle".

    Cela dit, ne vous réjouissez pas trop vite : en général, quand je me risque à une prévision politique, il se produit tout autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me réjouis pas ! Comme je le dis dans le billet je pense que Sarko ne sera pas candidat. Que les trois principaux candidats auront aux alentours de 26%. Que le père Noël existe.

      Supprimer
    2. Je n'arrive pas à me fourrer dans le crâne qu'il n'y a plus de septennat, je ne sais pas pourquoi…

      Supprimer
    3. début de commencement d'esquisse d'Alzheimer ..... ?

      Supprimer
  5. A quel hauteur se situera le report de voix des électeurs de droite dans cette configuration ? C'est une vraie question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est une vraie question, on attendra la réponse. Mais elle n'est pas la meilleure question : que feront les électeurs centristes m'en paraît une meilleure piste.

      Supprimer
  6. Je crois vraiment qu'on est au bord de "ruptures" majeures: un vote FN qui traduit un ras-le-bol général, mais dont les Français ne veulent pas au pouvoir; la perspective de présidentielles Marine-Hollande ou Marine-Sarkozy ou Marine-Juppé qui annonce une abstention record, et débouchant sur un président et une majorité Les Républicains avec une opposition dominée par le PS et préparant l'alternance de 2022 sous la conduite de Valls ou de Macron: tout ça n'intéresse plus que les militants...s'il en reste encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On aura peut être autre chose...

      Supprimer
    2. Non, je n'ai pas assez de sous pour me lancer dans une campagne présidentielle.

      Supprimer
    3. Je pensais à quelqu'un de neuf...

      Supprimer
    4. Je n'ai jamais été président de la République; ou alors, je l'ai oublié ( à mon âge, on oublie beaucoup de choses.

      Malraux raconte, dans ses "Antimémoires", que Manuel Azaña, l'ancien président de la République espagnole déposé par Franco, réfugié à Toulouse, et qu'il allait voir souvent, atteint de démence sénile, répétait " Comment donc s'appelait ce pays dont j'avais été président ?" (pas beaucoup de vieux qui peuvent avoir ce genre de trous de mémoire...)

      Supprimer
  7. Il y a une question que personne ne semble se poser (à haute voix en tout cas), et qui me paraît presque plus intéressante que de savoir qui sortira du chapeau présidentiel, c'est celle des législatives qui suivront. Qui, parmi les prétendants actuels peut se flatter d'obtenir une majorité à coup sûr ? À mon avis, ni Hollande, ni Sarkozy, ni encore moins Le Pen. Juppé, peut-être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis quand vous faites des commentaires réfléchis ?

      Pour les législatives, généralement, c'est le parti du Président qui gagne. Une espèce d'élan...

      Supprimer
    2. À condition que puisse jouer l'illusion qu'on est à l'aube d'une ère nouvelle. Ce qui sera difficile pour Hollande comme pour Sarkozy. Quant à Mme Le Pen, on pourra compter sur les derniers lambeaux de "front républicain" pour l'empêcher d'avoir une majorité. Enfin, je crois…

      Supprimer
  8. Si Sarkozy est à nouveau candidat et si jamais il y a un second tour Sarkozy-Hollande (sait-on jamais) je voterai à nouveau Hollande. Quand je pense que ç'aurait pu être l'agité du bocal qui aurait pu être président au moment de circonstances aussi graves que les attentats de janvier et novembre...
    Ce qui n'empêche pas, évidemment, de demeurer plus que critique sur les 4/5ème des réformes engagées par Hollande et ses gouvernements.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.