31 décembre 2015

Hollande s'est-il flingué avec la déchéance de la nationalité

Dans son dernier billet, Elie Arie tente de nous convaincre, ou plutôt de se convaincre, que François Hollande s’est flingué pour 2017 en maintenant « la déchéance » dans « le texte ». Comme il a tendance à beaucoup se tromper, depuis, dans ses analyses, nous allons tenter de lui montrer pourquoi il a tort, en trois points. D’ailleurs, même Jean-Pierre Chevènement est d’accord avec le chef de l’Etat, comme toujours, bien en avance sur ses troupes.


Petit 1 : il est évident que François Hollande ne pouvait plus gagner avec « l’ancien Parti Socialiste » qui, essentiellement pour des raisons de guerre interne, lui met des bâtons dans les roues depuis la primaire de 2011. Ben oui, rappelez-vous cet accord électoral passé entre le parti et EELV ! L’existence même d’un accord, signé sans le candidat PS, alors que les écolos maintenaient un candidat à la présidentielle était surréaliste. Ensuite, il y a eu les grandes gueules, les indisciplinés puis les frondeurs.

François Hollande commence donc le combat pour sa réélection sans le parti socialiste ou, du moins, sans ces grandes gueules. C’est un coup stratégique, un coup de maître, même, tant la notion même de « parti socialiste » exaspère sa cible électorale.

Par contre, les militants du Parti Socialiste, les forces vives, le suivront. Automatiquement, environ la moitié est derrière lui et les autres se rendront compte que rentrer dans des bagarres d’appareil fera courir à la défaite et ils se battront pour la réélection de François Hollande, qui ne les oubliera pas, qui a été leur chef de file pendant des années, en tant que Premier secrétaire, puis candidat, puis Président plein d’espoir.

Enfin, les statuts du Parti Socialiste prévoient que le candidat du parti socialiste sera désigné par une primaire. François Hollande ne peut pas passer par la primaire. Il ne sera pas le candidat du Parti Socialiste. Le Parti Socialiste n’aura pas de candidat et soutiendra François Hollande.

Manuel Valls suit François Hollande car lui-même sait qu’il n’a aucune chance de devenir le candidat du Parti Socialiste.


Petit 2 : toute cette histoire de déchéance et les arguments des opposants sont, à mon avis, une belle imposture, presque une fumisterie. Corinne Lepage le démontre dans une tribune du Plus. Je m’étonne de voir comment des copains ont pu se vautrer dedans mais je n’ai pas envie de me fâcher avec eux, de tourner en rond dans Twitter, de passer des heures à argumenter dans les blogs.

Le problème est que les électeurs, très majoritairement favorable à cette mesure, vont finir par se rendre compte que c’est une fumisterie et que, en fin de compte, on les prend pour des cons. Et on les prend pour des cons parce que la déchéance de nationalité est déjà permise par les textes actuels, à savoir l’article 23-7 du code civil : « Le Français qui se comporte en fait comme le national d'un pays étranger peut, s'il a la nationalité de ce pays, être déclaré, par décret après avis conforme du Conseil d'Etat, avoir perdu la qualité de Français. »

Pas d’histoire de droit du sol, du sang, de sous français,… N’importe quel type ayant la double nationalité peut être viré de France pour un pet de travers. 

Ainsi, le texte proposé va dans le sens de la protection des citoyens puisqu’il faudra dorénavant une décision de justice.


Petit 3 : il s’est passé un autre truc, en décembre. Des élections régionales. Le principal résultat est que Nicolas Sarkozy ne pourra pas être le candidat de la droite en 2017. Or il était le meilleur espoir, le seul !, de François Hollande. Si Alain Juppé ou François Fillon sont candidats, François Hollande n’a aucune chance d’être élu dans une configuration traditionnelle.

François Hollande ne s’est pas flingué, Elie. Il l’était déjà.

Et sa seule chance de gagner est de sortir de cette configuration traditionnelle. Je ne sais pas ce qu’il a derrière la tête. Et ce n’est pas que sa seule à lui, mais c’est aussi la seule chance de la gauche, donc notre seule chance.

Hop.



Le billet d’Elie Arie :

La tribune de Corinne Lepage :

L’article du code civil permettant la déchéance :

19 commentaires:

  1. On est bien d'accord,là aussi !
    Bon l'année prochaine, trouve un truc pour qu'on s'engueule un peu !
    Plein de bises

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui m'épate, c'est votre héroïsme : finir l'année en lisant du Corinne Lepage, tout de même…

    RépondreSupprimer
  3. Sinon, votre analyse me paraît aussi hasardée que celle de M. Arié. Lui "sait" déjà que Hollande est mort ; vous, vous "savez" que Sarkozy ne sera pas le candidat de la droite. Chapeau à tous les deux, vous devriez nous donner le nom de votre fournisseur de boules de cristal.

    RépondreSupprimer
  4. Au moins, on est d'accord sur un point : cette révision constitutionnelle n'a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme et est une manoeuvre de billard à 10 bandes exclusivement axée sur la présidentielle.

    Et qui ne semble pas marcher, puisque, si 9 Français sur 10 approuvent la mesure, les cotes de popularité de Hollande et de Valls continuent de chuter:
    http://tinyurl.com/o8rd87e


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles ne continuent pas de chuter. Elles chutent après l'embellie liée aux attentats.

      Supprimer
  5. Dans mon entourage (potes et collègues, plutôt tendance gauches, surtout sympathisants PS et un peu FDG), ça passe très mal.
    D'ailleurs la tendance est "si c'est Sarko ou Hollande en 2017 face à Le Pen, ça sera la pêche". Je ne porte pas de jugement, je constate.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, alors, ça, ça ne prend plus, les bravades et les coups de menton virils des lascars de gauche : personne (ou pas grand-monde) n'ira à la pêche. Dès qu'on vous refera le coup de la patrie-en-danger et du fascisme-à-nos-portes, tous ces gentils révolutionnaires iront bien en rang voter pour qui on leur dira, les Estrosi ou les Bertrand que le sort désignera. En l'occurrence, je sis presque sûr que très peu de voix manqueront à Hollande, s'il accède au second tour… et pas davantage à Sarkozy ou Juppé.

      Supprimer
    2. Ben non ça ne prend plus. D'où mon : qu'ils aillent à la pêche.

      Supprimer
    3. Moi, si j'étais un gardon ou une ablette, je dormirais tranquille sur mes deux ouïes.

      Supprimer
    4. Oui. Un bar je ne dis pas.

      Et encore, vous ne lisez pas tous ces grands moralistes de Twitter. "Jamais plus il n'aura ma voix". Ils finissent par m'amuser. Dans un an Sarkofrance nous fera un billet pour expliquer pourquoi il faut voter Hollande. Et tous suivront...

      Supprimer
    5. Oui, et même GdC, qui nous a déjà joué la même palinodie en 2012…

      Supprimer
    6. Et Bembelly qui soutiendra Valls qui pourra barrer la route à Macron.

      Supprimer
  6. D’autre part, le texte soumis au Congrès ne parle pas « d’auteurs d’attentats » (dont peu survivent, en général), ni même de « terrorisme », mais de « condamnés pour un crime constituant une atteinte grave à la vie de la nation » : vous vous rendez compte du flou et de la marge d’interprétation (surtout par un éventuel gouvernement FN…) ? Ce peut être n’importe quoi d’autre..
    Les billets de Jégou portent une atteinte grave à la vie de la nation ! Expulsé en Belgique, le Jégou ! Ça l'obligera à apprendre à parler flamand pour commander un demi au bistrot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le texte de la loi actuelle que je cite...

      Supprimer
    2. S'il décide de s'installer à Bruxelles, il vaudra mieux pour lui apprendre l'arabe que le flamand. En revanche, du côté de Bouillon, le français devrait rester opérationnel encore une couple d'années…

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.