27 décembre 2015

La déchéance de la gauche

Quelques jours après le début de la polémique suite au maintien de la déchéance de nationalité dans le projet de révision du truc, les affaires commencent à se calmer, sauf dans le Facebook de Gérard Filoche. Nos amis vrais gauchistes sont retournés à de saines activités, comme diffuser des photos de chatons (j'ai vu un truc très mignon : une lionne qui avait recueilli un renardeau dans un pays d'Afrique) et, surtout, montrer leur rapprochement du peuple en parlant de leurs cadeaux de Noël comme le nouveau smartphone haut de gamme ou une semaine de golf.

Je vais néanmoins poser la question : c'est quoi ce bordel ? Je parlais du Facebook de Gégé Fifi parce que ma copine Annnie l'a liké. J'ai lu les commentaires. Des types bien à gauche, comme Gégé, exigent une primaire à gauche pour la prochaine présidentielle. Je ne sais pas s'ils se rendent compte que François Hollande la gagnerait probablement haut la main et sans doute dès le premier tour.

Revenons à cette déchéance de nationalité. S'il y avait un referendum (et si je votais avec mon cœur...), je voterais probablement contre, non pas parce que cela remet en cause une valeur de gauche mais parce que j'ai horreur des lois qui ne servent à rien. Par contre, j'ai horreur des lascars qui s'attribuent des valeurs de gauche, surtout quand ils entrainent la gauche à sombrer avec eux parce que tout le monde se fout de la déchéance de nationalité. Ce que veulent les Français, c'est plus de sécurité, sociale, physique, une vision pour l'avenir,...

Désolé de citer cette baderne de Jacques Julliard. Lisez tout. Je cherchais un extrait mais il aurait fallu que je cite tout. Alors je vais me limiter à la conclusion : « pour venir à bout du Front national, il ne suffit pas de critiquer son programme ou ses intentions cachées. C'est la structure de la démocratie partisane qui est à réviser en profondeur. Chacun en appelle à un renouvellement. Cela suppose des sacrifices dans la classe politique régnante. En 1791, sur proposition de Du Pont de Nemours, la Constituante décida que la totalité de ses membres seraient inéligibles dans la prochaine Assemblée. Chiche ! »

La révision de la structure de la démocratie machin truc est bien appelée par beaucoup mais elle ne se fera pas dans notre système qui se voulait bipartite à une autre époque...

Alors, avec le 38 ou 39° qui me harcelaient ces derniers jours, je lisais plusieurs analyses au sujet des intentions de François Hollande, qui voudraient préparer un gouvernement d'union nationale pour après 2017, avec Raffarin, Bayrou,... Pourquoi pas ? L'élection ne se gagnera pas par hasard et elle ne se gagnera surtout pas si l'on ne propose pas une rupture quelconque, un changement de pratiques,...

Mes camarades de la vraie gauche peuvent toujours mettre sur le compte du centre gauche, celui de pépère, le mien, la déconvenue de la gauche mais il se trouve que cette dernière, y compris ce centre gauche détesté, ne dépasse pas la trentaine de pour cent aux élections. Ce n'est pas la peine de s'agiter dans tous les sens, de remuer les bras, de crier, c'est ainsi.

Il faut bosser.

Tiens ! Pas un seul type n'a dit : dis donc pépère, tu nous casses un peu les couilles avec ta révision de la Constitution mais, au fait, on dirait bien « chiche » si tu en profitais pour supprimer le mot « race » du préambule, comme tu l'avais promis. Parce que, dans la Constitution, cette phrase fait quand même mal au cul : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. »

Pour un seul mot.

17 commentaires:

  1. Oui, c'est bien connu : dès qu'on supprime un mot, la ou les réalités qu'il désignait cessent immédiatement d'exister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la Constitution, peut-être...

      Supprimer
    2. Non, même pas. Vous pourrez toujours lui enlever de la race et lui ajouter du vivre-ensemble, à la constitution, ça n'empêchera pas les blancs et les noirs de continuer à se foutre sur la margoulette… et les Asiatiques de faire leurs petites affaire en circuit fermé, tout en méprisant à peu autant les noirs et les blancs qui se chamaillent au pied de leurs pagodes.

      Supprimer
    3. Oui mais il faut lâcher du lest...

      Supprimer
    4. @ Didier Goux

      Vous vous obstinez à faire de la couleur de la peau une "race" , dans sa définition anthropologique : " Groupement naturel d'êtres humains, actuels ou fossiles, qui présentent un ensemble de caractères physiques communs héréditaires, indépendamment de leurs langues et nationalités." La couleur de la peau ne suffit pas.(et ne parlons même pas des caractéristiques psychologiques et sociales qui seraient d'origine héréditaire et liées à la couleur de la peau.)

      Supprimer
  2. A mon avis humble avis, tant qu'on continuera d'utiliser les termes "vraies" ou "fausses" gauches, la droite, qui, elle, ne se pose pas ce genre de questions, aura un boulevard devant elle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et non : il y a bien 2 droites et il faut qu'elles se foutent sur la gueule.

      Supprimer
  3. Ce sont les deux derniers mots qui sont à supprimer, ils sont trop souvent voire assimilés par les décérébrés, pour eux une race est une religion et vice versa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as peut-être raison. Mais le problème est que les types de gauche sont les premiers à faire l'amalgame. Tu critiques l'islam, ils te traitent de raciste !

      Supprimer
  4. On ne pourra plus dire "putain de sa race " ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si. Tant qu'il reste des putes. Mais avec ces cons de la gauche morale...

      Supprimer
  5. Il suffit de rajouter un mot : "de soi-disant race ".

    RépondreSupprimer
  6. En tous cas, ça a l'air d'intéresser beaucoup de monde, au PS, et, du point de vue électoral, d'être complètement raté :

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/12/27/decheance-de-nationalite-pour-valls-une-partie-de-la-gauche-s-egare-au-nom-de-grandes-valeurs_4838317_823448.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bon. J'ai compris que vous étiez contre.

      Supprimer
    2. C'est que j'aimerais vous faire écrire que, finalement, vous avez changé d'avis, sur cette histoire ...

      http://tinyurl.com/pjwxzcr

      Supprimer
    3. Mais je n'ai pas changé d'avis. Vous ressemblez à un blogueur réac, Jacques Étienne qui s'était fâché parce que je ne lui donnais pas raison.

      Vous tournez vieux con et commencez à me lasser. J'ai viré un de vos commentaires de mon techno et pas répondu à un sur mon blog bistro. Vous devenez envahissant. Allez troller ailleurs. Merci.

      Supprimer
    4. Inutile de me le dire deux fois : je n'ai pas l'habitude de m’incruster chez ceux qui ne m'ont pas invité.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.