31 décembre 2015

La déchéance de nationalité, la gauche et les bistros

Jean-Vincent Placé a dit une connerie en proposant que même les « mononationaux » puissent-être déchus de la nationalité française. S’il a vraiment dit ça, c’est une connerie : nous avons signé une convention internationale qui nous empêche de créer des apatrides. L’illustre Gauche de Combat s’en offusque avec quelques imprécisions : ce ne sont pas des conventions internationales qui nous empêchent de le faire mais des conventions que nous avons signées. En outre, de la part d’un type qui ne pense qu’à s’asseoir sur des accords internationaux que nous avons signés, c’est assez rigolo.

Toujours est-il qu’il en conclut que Jean-Vincent Placé, avec de tels propos, montre qu’il n’est pas de gauche et je vais lui donner raison à la stupéfaction générale dans un rayon de deux mètres. Si un « fils de la nation » fait une connerie, on ne peut pas s’en débarrasser comme d’une vieille chaussette. Il nous faut porter notre croix. Tant pis. Cela étant, je suis persuadé que des types de droite pourraient utiliser la même argumentation pour démontrer le contraire, ce qui est un des charmes de la politique.

L’ami Lolobobo, quant à lui, délivre un « message de service à [ses] copains de gauche qui défendent des trucs indéfendables. » Je lui ai répondu en commentaire mais pas point par point vu que cette histoire dure depuis une semaine. On frise l’histérie. D’un autre côté, je suis assez con pour remettre des sous dans la machine.

Donc : un billet. En quoi ne pas être contre la déchéance de la nationalité serait contraire aux valeurs de gauche ? Je suis sérieux, là. Et je vais même plus loin : de quel droit certains s’octroient-ils la possibilité de déterminer ce qu’est une valeur de gauche. Les gars, il est temps de faire une psychanalyse. Moi, je pratique la thérapie de groupe. Je discutais du sujet, hier soir, avec des copains de bistro.

Des copains de bistro ! Cette notion mérite quelques éclaircissements tant il serait tentant de nous rabattre au rang de « pue la sueur » avinés. Il y a dans la bande un cadre dirigeant dans la plus grande organisation associative française « d’utilité publique » (c’est Tonnégrande), un cadre supérieur dans le contrôle aérien (c’est Djibril), un cadre supérieur dans la banque (c’est moi) et un intermittent du spectacle, mélenchoniste, réactionnaire et libéral (c’est le vieux Joël) pour parler des plus fidèles mais nous avons aussi en stock un brave postier, une espèce de chercheur en informatique,… Pour la plupart, on se connait depuis près de 15 ans et je peux veux vous dire que nous avons quelques heures de comptoir en commun. Non. Je ne suis par élitiste, c’est toi, andouille. Tu t’es pincé le nez en lisant « copain de bistro ».

Et si parfois on est saouls, on n’a pas fait exprès et ce n’est pas de notre faute.

J’ai donc posé la question : vous en pensez quoi de la déchéance de nationalité ? Comme je le pressentais, ils sont pour. Le vieux Joël n’est pas outré qu’on vire de France un type qui attaque la France. Quant aux autres, en tant qu’immigrés eux-mêmes, ils pensent qu’ils doivent être parfaits et que les mauvais immigrés peuvent être virés. La messe est dite. Et nous en voila au sujet du billet parce que la question a été l’objet de la suite de notre discussion. 

En quoi être pour la déchéance de nationalité serait contre les valeurs de gauche ?

Je relève les copies dans deux heures. L’apprenant pourra se pencher sur plusieurs domaines connexes. Par exemple, en quoi la notion de « nationalité » devrait être du ressort des valeurs de gauche alors que cette dernière devrait être internationale, voire supranationale ? Ou, comme le disait Christophe Castaner : au nom de quelle valeur de mon guide du bon socialiste je dois m’émouvoir qu’un terroriste perde la nationalité qu’il assassine ?

Parce qu’hier soir, en partant du bistro, on n’avait plus soif mais on n’avait pas la réponse à la question ce qui nous a permis de beaucoup rigoler. 

Le billet de Lolobobo :

13 commentaires:

  1. En préambule de savon ou de bière suivant l'heure, je me permet de te faire remarquer une petite erreur due à l'écriture intuitive, ce n'est pas "En quoi être pour la déchéance de natalité serait contre les valeurs de gauche ?" mais déchéance de "nationalité" bien que ce soit beaucoup plus marrant avec la natalité qui rappelle Noël à certains.
    Ceci étant dit, hier soir j'étais avec "mes copains de bistro locaux à moi" et le débat (!) s'est terminé sur "qu'est ce qu'être français".
    Comme les 3 énergumènes sont d'extrême extrême droite pour deux et de moyenne extrême droite pour l'autre, ils étaient tous d'accord pour dire qu'il fallait dans un premier temps virer tous les Mouloud, Mohamed, Kader ou Karim et les renvoyer chez eux et que s'ils ne voulaient pas partir, il fallait prendre des moyens plus radicaux qui auraient eu pour conséquence que leurs enfants seraient orphelins.
    Quand j'ai fait remarquer que pour beaucoup d'entre eux, chez nous c'était aussi chez eux et que chez eux c'était aussi chez nous (ils ont eu du mal à comprendre) il y en a un qui a déclaré à la manière d'Hamlet dans la pièce éponyme "Etre français avec des prénoms pareil, ce n'est pas être français". Bon lui il se prénomme David qui à ma connaissance est plus Juif que Gaulois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y en a un qui a déclaré à la manière d'Hamlet dans la pièce éponyme "Etre français avec des prénoms pareil, ce n'est pas être français".

      Moi à sa place j'aurais répondu que jusqu'en 1962 les Français étaient chez eux en Algérie, qu'ils n'imaginaient pas devoir faire un jour leurs valises.

      Supprimer
    2. Jacques,

      Chacun ses cons. Mais dans mes relations de bistro, je ne parle pas de politique avec les cons, qu'ils soient de droite ou de gauche. Et je vais t'en dire la raison, tant pis pour cheville. J'ai ma réputation de blogueur politique, une espèce d'âne savant. Et les cons me prennent à partie sous différends angles, comme représentant de la classe politique parisienne, comme porte parole d'Hollande, comme envoyé spécial du gouvernement pour les écouter.

      Alors je ferme systématiquement toute conversation quand ce ne sont pas des vrais potes intelligents (par opposition à con seulement).

      Supprimer
  2. En quoi être con est une valeur universelle ?

    RépondreSupprimer
  3. Parmi les adversaires de cette révision constitutionnelle pour la déchéance de la nationalité : Jean-Marc Ayrault, Martine Aubry, Anne Hidalgo, Pierre Joxe, Julien Dray et même des proches de François Hollande comme l'avocat Jean-Pierre Mignard: cela va bien au-delà des "gauchistes" et des "frondeurs"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui parle de gauchistes et de frondeurs, ici ? Vous êtes totalement à la ramasse, mon vieux.

      Supprimer
  4. Vous posez la question "En quoi être pour la déchéance de nationalité serait contre les valeurs de gauche ?"; je vous donne une liste de gens qui le pensent, et qui va bien au-delà des gauchistes et des frondeurs habituels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais qu'ils le pensent. Ils ne font que le dire. Une obsession. Comme vous. Mais sans dire pourquoi.

      Supprimer
    2. Vous l'avez écrit vous-même dans votre précédent billet : parce que, cette possibilité existant déjà dans notre législation, tout cela n'est que loi émotionnelle et inutile de circonstance à la Sarkozy.

      Bon, on va arrêter là; je vous souhaite à tous une excellente année, avec bonheur, santé, richesse, beuveries, et en restant de nationalité française et de race blanche.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas la réponse à la question. Et vous le savez. Mais vous n'avez pas la réponse. Vous êtes dans une position de principe.

      Supprimer
  5. C'est dommage que ce billet commence par "Jean-Vincent Placé", ça donne plus envie de le lire ^___^ (c'est fou que cet homme se croit encore autoriser à donner son avis, mais bon...)

    Sinon tu as raison, nous sommes en pleine hystérie. Ça doit faire marrer les amis de cet islam de guerre et de sang.

    Par contre ça serait bien que ce débat ne soit pas comme les débats précédents (mariage pour tous, migrants, etc...). Et que celui qui ne partage la même position que soit soit affublé des pires noms et des pires insultes.
    On peut être pour, ou contre, sans pour autant être un nazi, un pétainiste ou un terroriste en sommeil... (parmi les saloperies que j'ai pu lire...)

    Je crains que malheureusement on ne frise l'hystérie sur tous les débats maintenant en fait...

    Bonne fin d'année et à bientôt

    (sinon moi je serai pour qu'on satellise, quelque part entre la lune et Vénus, tous les terroristes et djihadiste... Mais c'est un peut être juridiquement difficilement réalisable :-O )

    RépondreSupprimer
  6. On s'en fout de la déchéance de nationalité, le seul but devrait être d'empêcher leur retour sur notre sol. Ils ont fait le choix de servir les armes d'une puissance étrangère, même si elle n'est pas un état reconnu par l'ONU, et bien qu'ils y restent. Le mieux serait encore d'envoyer discrètement des éléments de nos forces spéciales pour les sniper, un nuisible ça s'élimine. Après tout, notre époque est tellement obnubilée par l'écologie que la fertilisation des zones désertiques serait faire oeuvre utile.

    RépondreSupprimer
  7. hors sujet mais ça peut servir

    http://www.medisite.fr/a-la-une-boire-de-la-biere-rendrait-plus-intelligent.701641.2035.html?xtor=EPR-56-988924[Medisite-Info-Sante]-20160101

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.