08 décembre 2015

Vive Masseret !

Je cite un ami : "Nicolas Sarkozy en meeting ce soir "le vote fn n'est pas contre la république, ... le vote fn n'est pas immorale, ... voter socialiste ou voter fn c'est la même chose."

Qu'en pensent nos camarades qui font maintenant campagne pour la liste Richert du parti de Sarkozy ?

Je suis fier d'être au côté de Jean-Pierre Masseret pour lutter contre la droite et l'extrême-droite. #JeVoteMasseret #Acal"

Je suis d'accord. Ce retrait républicain de bazar est une funeste connerie. Mortifère pour la gauche. 

On lit dans la presse que Valls et Hollande ont une stratégie sur le long terme mais ils font une grosse connerie. Le FN est sans doute l'ennemi mais comme ces andouilles de l'ex UMP reprennent leurs thèmes, ils sont presque par définition aussi dangereux. Et il faut lutter contre. 

La stratégie à trois bandes est une erreur. LR va plonger dans les bras du FN. Expliquer ensuite qu'on a aidé LR a lutter contre le FN va être un peu difficile. 

Très grosse erreur du PS. D'autant qu'on a jamais constaté la réussite d'une stratégie contre le FN. C'est contre cette droite radicale qu'il faut lutter. Appeler à voter Estrosi en PACA est à plier de rire. 

33 commentaires:

  1. Courage, vous avez raison : on ne peut pas choisir entre la peste et le choléra.

    RépondreSupprimer
  2. 100% d'accord avec toi.
    En revanche, personne ne dit rien pour le maintien du PS en Bourgogne : il doit avoir de solides ennnemis, Masseret !

    RépondreSupprimer
  3. Ce mec vient de sauver sa région. Même s'il s'écrase. Je lui tire mon chapeau. Cette politique de l'abandon c'est #nimportnawak. Bleu bonnet ou Bonnet Bleu. La peste ou le choléra. Mais ils fument quoi dans leurs salon dorés ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil. J'ai bien aimé ton billet de ce soir, au fait. Je l'ai RT mais la flemme de commenter.

      Supprimer
  4. Yep, pas mieux, le front républicain est mort depuis 2002.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis d'accord avec toi. La front républicain est une bêtise. Et même une imposture lorsqu'il est prôné avec un parti qui fusionne avec l'extrême gauche et les verts. Il n'y a pas de Front Républicain depuis longtemps, juste des arrangements politiques.

    Nous voyons tous les dangers selon notre fenêtre. Certains le voient chez LR les ex-UMP. Moi et d'autres le voient chez une gauche qui s'allient avec l'extrême gauche de NDDL et des manifestations pro-Palestine à Paris. En ce sens là, oui, le Front Républicain est mort.

    Ces régionales auront marqué le début d'autre chose. Que je ne suis pas sur d'apprécier, mais bon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans l'analyse, il faut voir le poids des alliés et aussi leur histoire, leur idéologie. Certes, ceux qui se présentent comme la gauche de la gauche actuellement sont des ânes et c'est pour ça que j'ai quitté la gauche de la gauche, il y a près de trente ans.

      Supprimer
  6. Je suis surpris de lire que Sarko donne des meetings, j'ai lu dans le Canard du jour, qu'aucun candidat LR ne voulait de son soutien. Les élus de terrain ont compris que les gens n'en peuvent plus de cet abruti.

    Après, ce qui me désole, c'est que la gauche fasse 15% en Lorraine, c'est quand même une région ouvrière. Si je prends, le nord de Nancy où j'ai longtemps vécu, c'était un ancien bastion rouge (bassin sidérurgique de Frouard/Pompey), aux municipales, ce sont encore des villes qui votent à 70% pour des maires de gauche car le FN n'a pas de candidat. Mais aux régionales, c'est la berezina, et les gens votent Philippot.

    Alors, c'est bien beau d'appeler à voter contre le FN, mais il faut qu'ils réalisent à Paris, que leur électorat, il vote FN, et qu'il n'a aucune raison de se mettre à voter Richert.

    Et si Masseret se désiste, on n'est vraiment pas sur que ça ne produise pas l'effet contraire.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème est que la gauche a perdu l'électorat ouvrier. On ne peut donc plus parler de "leur électorat".

      Supprimer
  7. « Valls et Hollande ont une stratégie sur le long terme »

    Non ! Ils ont, éventuellement, une stratégie À long terme, mais pas plus…

    Sinon, en effet, tout cela est à se tordre. Le plus savoureux est peut-être encore d'entendre Valls appeler à voter, dans l'Est, contre un candidat qui, il y a trois jours, était encore officiellement le sien.

    Sinon, j'envisage de plus en plus la possibilité d'un second septennat Hollande, au train où vont les choses. Et je m'aperçois, avec un certain étonnement, que je m'en contre-pignole absolument.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord SUR tout. Pour le second mandat de Hollande, j'en suis assez persuadé (mais l'avenir le dira) sauf si Sarko finit en prison avant.

      Supprimer
  8. Heureux de vous lire, je me sens moins seul! Bravo M. Masseret!

    RépondreSupprimer
  9. Hello, bonne analyse , on sent bien le gars qui a voté "républutile" au 2eme tour de 2002.
    Une fois suffit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. À 100%. On s'est fait mettre pour 10 ans.

      Supprimer
  10. Retrait ou maintien, le résultat sera le même, le FN gagnera.
    En se retirant, on montre que même dans un duel LR n'est pas foutu de gagner et c'est une belle honte pour eux.
    En se maintenant, on garantit la présence socialiste et le combat quotidien continue dans les travées des conseils régionaux mais avec très peu de pouvoir puisque largement minoritaire.
    Les deux situations se valent à mes yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles se valent mais il y a une question de principe. Mais certains anticipent sur le long terme et ça m'énerve. Les régions seront parfaitement gérées pendant 18 mois, par des technocrates. Les élus FN ou LR feront des coups d'éclat et on l'aura dans l'os.

      Supprimer
  11. Je crains que la politique, ce ne soit toujours de la stratégie non pas à trois bandes, mais à quinze bandes.
    C'est ce qui explique la fameuse phrase de Guy Mollet " Le rôle des militants, c'est d'être toujours cocus".

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire est peut-être hors-sujet, quoique. Lorsque Valls demande aux militants socialistes de voter Xavier Bertrand en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, il appelle à voter -peut-être - pour son futur opposant à la présidentielle. L'histoire nous le dira, mais ça frise sacrément le ridicule.

    RépondreSupprimer
  13. Tiens, les sondages donnent Marine et Marion Le Pen largement battues au second tour par Xavier Bertrand et Christian Estrosi, ce qui va donner raison à Valls et à Hollande.

    Dans les deux Régions, 77 % des électeurs ayant voté à gauche au premier tour auraient en,tendu l’appel de Valls et auraient l’intention de voter pour le candidat des Républicains .

    http://tinyurl.com/q2vbvdj

    et

    http://tinyurl.com/zojxlkv

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me fous des sondages. Évidemment qu'elles seront battues : c'est le but du retrait. Le problème n'est pas. La gauche abdique.

      Supprimer
    2. Ça n'a rien d'évident : elles auraient très bien pu l'emporter (elles le peuvent toujours, d'ailleurs), et le retrait n'aurait alors servi qu'à rendre la gauche absente du Conseil Régional pendant cinq ans.

      Supprimer
    3. Marion le peut, je crois. Et le retrait va faire que la gauche sera absente.

      Supprimer
  14. Si j'étais habitant du Grand Est, je voterais Masseret sans hésiter. Bravo pour cet article !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.