11 janvier 2016

La primaire secondaire

Comme nous le rappelle RPH, une brochette d’intellectuels et de cadres de gauches et écologistes ont fait une tribune pour réclamer des primaires à gauche. C’est la plus belle des conneries (au moins de la journée).

 

Tout d’abord, il ne faudrait pas que la gauche oublie qu’elle n’a aucun candidat sérieux à présenter. Quand je parle de candidat sérieux, je parle de candidat susceptible d’être élu dans une France franche à droite. Je ne doute pas qu’elle soit capable de sortir de sa casquette plusieurs lascars parfaitement compétents, qui feraient très bien le job s’ils étaient élus. Mais ils ne le seront pas. Vous pouvez me traiter de vendu, de gros con et j’en passe. Ca n’en est pas moins une vérité et il vous reste vos yeux pour pleurer.

 

Ensuite, l’organisation des primaires serait ubuesque. Il faudrait que François Hollande dise ou admette qu’il ne sera pas candidat dans les six prochains moins pour que la primaire puisse avoir lieu après l’été et que la campagne puisse se tenir normalement. On aurait donc un gouvernement qui serait là pour assurer la transition jusqu’à mai 2017 et donc des députés qui seraient présents pour assurer le décor pendant que la gauche, pardon, la Gauche, serait en train de débattre au sujet des meilleures politiques à mettre en œuvre au niveau national.

 

Enfin, le message envoyé aux électeurs serait le suivant : « la dernière fois, on vous a déjà fait le coup de la primaire mais on s’est trompés, cette fois, on ne se trompera pas vous pouvez nous croire. » Mouarf.

 

J’ai lu le texte présenté par ces braves gens. A la limite, dans d’autres circonstances, j’aurais pu le signer mais ils oublient que nous sommes au pouvoir, même si on n’est pas d’accord avec la politique menée, et qu’une primaire n’est pas qu’un débat d’idée, c’est aussi un combat entre personnes et un combat de militants pour avoir la meilleure solution pour gagner une élection, ces militants qui n’oublient pas que l’élection n’est pas que le résultat de débats maitrisés par des intellectuels mais aussi le fruit d’une tambouille marketing.

 

Par ailleurs, les signataires se revendiquent hors partis politiques et veulent présenter l’organisation des débats de cette primaire. Quelle légitimité ont-ils pour le faire ? Depuis quand ce n’est pas aux partis politiques d’organiser le débat politique ?

 

Ou alors, ils veulent que le débat sortent du Parti Socialiste et que l’élection se fasse plus large, comme s’ils avaient un gigantesque parti du centre et de la gauche, toute la gauche. C’est exactement ce que je souhaite et que vont essayer de mettre en place François Hollande et Manuel Valls.

 

Et ce que ces braves signataires oublient, c’est que 62% des sympathisants de gauche font encore confiance à François Hollande (plus qu’à Manuel Valls, d’ailleurs, une première !) et que les débats interne à un certain microcosme n’en sortent pas. 

 

Pour finir, j’ai vu que des cadres de gauche, et pas des moindres, étaient d’accord pour une primaire à gauche mais sans François Hollande. Il me semble complètement délirant d’espérer gagner une élection sans le centre gauche (d’autant qu’on a du mal à gagner sans le centre droit vu que la gauche n’a jamais dépassé 45 ou 46% des voix, à un premier tour d’une présidentielle, en France).

 

La gauche montre ce qu’elle sait faire : organiser des beaux débats et des grandes intentions de principe. Pas gouverner, pas prendre le pouvoir.

 

Tant pis.

 

 

 

Le billet de RPH :

http://renepaulhenry.blogspot.fr/2016/01/peaux-de-bananes.html

 

L’appel pour une primaire à gauche :

http://www.liberation.fr/france/2016/01/10/pour-une-primaire-a-gauche_1425509

 

Le dernier sondage de popularité que j'ai trouvé  :

http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/021603977737-la-cote-de-hollande-rechute-lourdement-1190481.php

5 commentaires:

  1. Il serait bon que une fois élue, la gauche gouverne pour améliorer la société et la vie des gens plutôt que de s'amuser de savoir qui elle présentera la prochaine fois...
    (enfin c'est un conseil d'ami et de citoyen qui vaut ce qu'il vaut...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais qui vaut aussi pour la droite.

      Supprimer
    2. Et finalement, la droite aurait dû se poser la question en 2011 après le désastre de 2010 et du discours de Grenoble. Elle savait que Sarkozy allait perdre l'élection. Le pb de la gauche est qu'elle cherche à éliminer celui qui pourrait gagner.

      Supprimer
  2. Je ne pige pas cet engouement pour les primaires. C'est tout simplement antidémocratique. Que des types qui se prétendent démocrates militent pour un machin qui revient à dire aux partis fédérés "fermez vos gueules et votez pour nous", ça me dépasse. Parce qu'à droite comme à gauche, c'est ce qui se passe, UDI, PR et écolos, sont les dindons de la farce, ils mouillent la chemise pour un type qui une fois au pouvoir ne leur laissera que des miettes, et encore, à condition qu'ils fassent comme on leur dira. Les primaires sont en totale contradiction avec le jeu de la Vème, où c'est le premier tour qui fait le tri, pas la pré-campagne.

    RépondreSupprimer
  3. Mais Juppé est tout à fait en mesure de gagner la primaire à gauche ET la présidentielle !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.