27 février 2016

Des contrôles au faciès et des faux-culs

Ne nous méprenons pas sur mes propos : je suis réellement de gauche et me fous de la notion de la notion de nationalité. Je ne crois pas en l'existence de races mais d'origines ethniques légèrement différentes, ce dont je me fous comme de la première fois où une corde de mon violon a rendu l'âme. 

Il faut dire qu'on est peu à gauche à avoir joué du violon et à s'en foutre du budget de la culture mais la question n'est pas là. 

Il y a une information qui circule comme les contrôles au faciès seraient tôlérés en France. Ne nous fâchons pas. Avec ma tronche, les flics m'arrêtent trois fois par jour pour vérifier que je ne suis pas en état d'ébriété. En plus ces cons n'ont jamais rien réussi à prouver. Ils feraient mieux d'aller consulter mes tweets. 

Toujours est-il qu'un poulet croisant un types baraqué, blond et parlant mal notre langue a de forte chance d'être tombé sur lascar en situation irrégulière venait des pays de l'est en situation irrégulière que s'il tombe sur un gros frisé rougeaud.

Par contre, il me semble aussi que si un type n'a pas une tronche de pochetron, et est un peu noir ou basané, il y a une probabilité supérieure qu'il soit d'origine indéterminée mais néanmoins visiblement  étrangère et donc susceptible d'être sans papier. 

C'est mal, je sais. 

Mais ceux qui gueulent contre les actions des forces de l'ordre sont généralement ceux qui ne risquent rien grâce à leur "pureté ethnique" qu'ils ont honte de mettre en avant tout en la revendiquant au nom du droit à la reconnaissance de la différence et de l'égalité de tout le monde. 

J'ai réussi à écrire cette phrase sans exploser de rire. 

Cela étant, nous voyons des admirateurs des libertés revendiqués antilibéraux (j'arrive toujours à ne pas rire quand j'écris des conneries) revendiquer (bis) avoir plus de contrôles pour eux-mêmes au nom de l'égalité. 

Pour ma part, je suis opposé à tout contrôle d'identité mais partisane qu'on laisse les flics agir pour faire respecter la loi. 

Ajoutons à cela que les militants antiracistes qui voient un type visiblement pas de souche comme un type pas de souche (ce dont je me fous) comme une personne différente en fait d'odieux racistes qui mériteraient d'être empalés à cause de leur mauvaises pensées. 

Qu'ils soient noirs ou blancs.  

Cela étant, on va demander à la maréchaussée de contrôler tout le monde, systématiquement ou de ne contrôler personne. On oubliera de leur demander de faire respecter la loi. Qu'importe l'efficacité. 

Certes contestable. Et je pense qu'on n'est pas nombreux à la contester. 

9 commentaires:

  1. Moi, je suis pour renforcer le contrôle des gauchers

    RépondreSupprimer
  2. Bien terminé, c'est bien, bon maintenant faut nous expliquer ce que tu veux dire, par ce que ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne comprends pas, c'est ton problème, pas le mien. Et comme tu interviens en tant que minorité visible, c'est à toi de proposer une solution.

      Supprimer
    2. La solution? ok, puisque t'insistes Nicolas, la "minorité-visible-que-je-suis et qui se fait contrôler par des gens comme toi, à l'insu de mon gré va te répondre, je vais te dire...

      "Lorsqu'on est pas visé par les "contrôles au faciès" comme tu le reproches à ceux qui s'en offusquent sans être concerné -comme toi-, la meilleure chose à faire, c'est de ne rien dire, on la ferme, point. J'approuve leur avis, moi-@bembelly-le-controlé, ils sont solidaires? Et alors, c'est quoi ton problème?

      A moins d'être "Pour", alors dans ce dernier cas, il faut le dire tout simplement mon pote, oui, le dire clairement sans te perdre dans des circonvolutions-en-blog dans un billet que personne ne comprend rien"
      .

      Ok? voila, je peux te faire un dessin, ou ouvrir un "nouveau chapitre", c'est à toi de voir.

      Supprimer
  3. L'expression "contrôle au faciès" est une pure connerie inventée par certaines associations bien connues, dont une qui a oublié de mettre un "s" final à racisme. Expression qui ensuite a été reprise à l'envi par les journalistes, souvent imbéciles, mais aussi souvent de vrais salauds partisans.

    On ne contrôle pas le faciès mais certains comportements, quelle que soit la couleur du type. A un moment, il faut quand même être cohérent. Quand des types font le choix de se saper comme un dealer ou un membre de gangs, comme ils peuvent en voir dans des tas de films et de série, qu'ils ont un comportement relativement agressif avec les passants, qu'ils foutent leurs pieds sur les banquettes du métro alors que des gens aimeraient s'asseoir, qu'ils crachent par terre, etc., il ne faut pas qu'ils s'étonnent ensuite d'être contrôlés, ça c'est du pur foutage de gueule. Il faut faut être cohérent bon sang. Quand j'étais ado, j'étais sapé blouson noir avec tout l'attirail, et bien j'étais très régulièrement contrôlé, et jamais je ne me suis plaint. C'est la règle du jeu, du veux ressembler à un voyou, et bien tu en assumes les conséquences, c'est ça être un bonhomme, comme ils disent, pas pleurnicher qu'on est tout plein méchant avec eux. A côté de ça, je connais des tas de maghrébins qui sont habillés correctement et qui ne sont jamais emmerdés. Mais il est vrai qu'ils n'ont pas l'insulte à la bouche au moindre regard perçu comme insistant, qu'ils ont un comportement urbain.

    Et puis on oublie de dire que ceux qui se plaignent ont un casier généralement bien fourni. Quand un type qui a une bonne dizaine de condamnations avec sursis vient se plaindre, il mériterait une bonne claque dans sa gueule plutôt que d'avoir accès aux micros pour jouer sa comédie.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.