13 février 2016

La vraie histoire (récente !) de Loudéac

Le Figaro a récemment sorti un article pour comparer le développement économique de Guingamp et de Loudéac, de villes de tailles comparables. Loudéac, ma ville natale, est en plein centre, près de Pontivy. Guingamp, surtout connu pour son club de foot, est au nord-ouest, près de Saint Brieuc.

L'ami Jacques diffuse l'article sur son annexe. Marc Le Fur (député) et Guy Le Helloco (président de la communauté de communes) y raconte l'histoire récente de Loudéac et les raisons de son essor, sous l'impulsion de Pierre Etienne, ancien maire, qui a sur en faire un capitale de l'industrie alimentaire en y favorisant l'implantation de l'usine Olida.

Tout cela est parfaitement exact mais il faut remonter un peu plus loin dans le temps, à la sortie de la guerre. L'Etat réfléchissait à l'aménagement de la Bretagne. A l'époque, il était à peu près équivalent que les voies importantes (routières et ferrées) devaient passer par le Centre Bretagne, donc près de Loudéac et Pontivy. Ironie de l'histoire puisqu'en raison de sa position centrale, on imaginait y construire un grand aéroport breton...

Mais Messieurs Glon et Etienne étaient des rivaux et ne pouvaient pas se blairer. Etienne a décidé de faire installer une usine (qui deviendra Duquesne-Purina) au nord de Loudéac. Du coup, Glon décida de mettre ses usines près de Pontivy.

C'était le bordel. Alors l'Etat a sagement décidé de faire deux axes principaux, un "Rennes St Brieuc Brest" (via Guingamp) et un autre "Nantes Vannes Lorient Quimper". Tiens ! Cliquez sur la carte pour l'agrandir. Regarder en bas à gauche de la Bretagne, vous y trouverez la ville de Redon. Figurez-vous que pour faire Rennes Quimper en TGV, il faut passer par Redon  (via Vannes et Lorient).

Depuis on essaie de recoller les morceaux. La mise à deux fois deux voies des axes centraux (Rennes-Brest et Saint Brieuc-Vannes et Saint Brieuc-Lorient). L'axe Rennes-Vannes n'a été construit que dans les années 90 (de mémoire). Vers cette époque, le TGV est arrivé en Bretagne en respectant les anciennes tronçons (passage par Redon pour l'axe sud).

Aujourd'hui, on se trouve à devoir construire une ligne à grande vitesse entre Rennes et Nantes. Guingamp affiche le plus fort taux de chômage du coin, Loudéac est smicardisé et le TGV n'arrive pas encore à grande vitesse à Rennes. Les deux axes en quatre voies, nord et sud, servent de rocade à Saint Brieuc, Lorient et Vannes et sont complètement saturées.

Je ne dis pas que nos deux compères, Etienne et Glon (impossible de me rappeler le prénom de ce dernier, Marcel ? Maurice ?), sont coupables mais on me susurrait aux oreilles, dans mes jeunes années, cette version de l'histoire...

En aparté, j'ajouterai que ceux qui mettent des freins en permanence au développement économique de la Bretagne en déclamant tout haut qu'un aéroport ne sert à rien ou ce genre d'âneries méritent amplement des baffes.

16 commentaires:

  1. Une chose est certaine, c'est que l'aménagement du territoire à la sauce de Gaulle a été un exemple frappant d'un immense n'importe quoi et dans tout le pays, on trouve ce genre d'incohérences.
    Un exemple que je connais pour y vivre est celui de la zone industrielle de Fos qui fut une catastrophe écologique, économique et humaine déplorable.
    La première décision se prenait sur l'implantation politique sur le territoire et ne tenait aucun compte des réalités géographiques et des besoins des populations.

    RépondreSupprimer
  2. Pierre Etienne et André Glon.
    La querelle, si elle existait, a quand même eu un avantage, c'est l'arrivée d'industrie avec des besoins de main d'oeuvre dans les deux villes Pontivy et Loudéac, Pole Emploi fait d'ailleurs ses calculs sur le bassin d'emploi englobant les deux villes.
    La comparaison de Guingamp et Loudéac est faussée, l'histoire des deux villes est tout à fait différente, Guingamp ayant toujours été orientée vers une valeur ajoutée supérieure à celle de Loudéac mais plus facile à délocaliser.
    Actuellement le secteur agroalimentaire revient sur Guingamp avec des produits élaborés (merci Noël Le Graet) ce qui demande plus de savoir faire et de compétences des salariés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leurs querelles étaient préalables. Mais ils ont fait un bon boulot ensuite.

      Supprimer
  3. Et voilà! Nicolas en mode " "Je fais promo de mon bled " , comme moi. Bon, je ne critique pas, jdcjdr (copieur!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non. C'est une critique virulente, surtout de la droite de l'épique et de maintenant. Tu ne sais pas lire ?

      Supprimer
    2. En plus il fallait lire? Euh... Non.
      L'histoire de... Loudeac? Non merci.

      Supprimer
    3. Tu n'es pas obligé. De lire. Et de démontrer que tu es idiot.

      Supprimer
  4. et l'église Saint-Nicolas ? détruite ou en cours de restauration ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours là. Je crois que la restauration est terminée.

      Supprimer
  5. A noter que pour faire Rennes-Nantes il faut toujours passer par Redon. A une époque il fallait même y faire une correspondance. Là faute cette fois à l'hyper-centralisation jacobine autour de Paris et du réseau ferroviaire en étoile, Rennes et Nantes étant dans deux régions administratives différentes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne ne passe par Redon pour aller de Rennes à Nantes. Vraiment n'importe quoi.

      Supprimer
    2. En train ? On peut éventuellement passer par Le Mans... Abruti.

      Supprimer
    3. Je confirme...pour aller de Saint-Brieuc à Nantes: 2 correspondances...Rennes et Redon...celui qui n'a jamais attendu une correspondance dans la gare de Redon a raté sa vie !

      Supprimer
    4. J'ai rate ma vie ! ;-)

      Par contre, le nombre de fois où je me suis demandé ce que je foutais à Redon dans un train qui en attendait un autre. Ou dans St Brieuc Paris détourné par Nantes (donc via Redon)...

      Supprimer
  6. Abruti anonyme. Je répète que je ne diffuse plus les commentaires anonymes trop longs.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.