27 mars 2016

La voie et moins de travail

Par moment, en politique, on se demande vers qui se tourner. Vers où. Vendredi soir, à la Comète, on recevait le président du mouvement des libéraux de gauche. J'ai déjà revendiqué faire partie de cette mouvance, mais là, je dois reconnaître que je suis un libéral de gauche en peau de fesses, même si je n'ai pas celles d'El Camino. Je renonce. 

Aujourd'hui, j'ai lu une tribune de Michel Rocard et de Pierre Larrouturou qui finit par me convaincre que je suis toujours fidèle à mes idées d'origine. 

Une seule solution : la réduction du temps de travail. La semaine de 32 heures. Mais pas par la loi. Par les faits. Je ne sais pas comment. 

Mes confrères et autres gauchistes qui luttent contre la loi Connerie le font en vain et ont tort, à mon avis, et mes arguments sont généralement crétins. Des andouilles montrent que la facilité de licencier n'a jamais créé d'emploi, ce en quoi ils ont probablement raison, mais qui les pousse à refuser de réfléchir à tous les freins à l'embauche. De fait, on arrive à une caricature ridicule. 

On nous cite des pays qui n'ont pas ces freins et on nous rétorque, à juste titre, qu'ils ont un taux de travailleurs pauvres incroyables. Et ils ont raison. 

Il y a pas de juste milieu mais, notre boulot, ce soir, est de le trouver. Et d'arrêter de nier des évidences. Tiens ! On supprime le SMIC, je vous jure que j'embauche une femme de ménage. Prétendre que le coût du travail n'est pas un frein à l'emploi est très con. 

Cela étant, il y a une certaine dose de travail à faire dans ce pays. Si on le partageait entre tous, cela irait mieux. 

Depuis que je blogue, je vois passer des comparaisons entre les pays. En Allemagne, ils bossent plus mais moins. Ils gagnent plus à l'heure mais moins au mois mais plus à l'année. 

J'arrête. 

Je veux gagner plus et travailler moins. 

17 commentaires:

  1. C'est pas que je sois contre, mais j'ai rien compris.
    Ce qui ne m'empêche pas de saluer tout le mal que vous vous donnez, bien sincèrement.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  2. Pareil qu'Helene, mais je suis d'accord avec toi.
    Le travail ça me coute.

    RépondreSupprimer
  3. Vouloir moins de chômage en créant toutes les conditions macroéconomique pour avoir plus, c'est tout simplement très con.

    Tout le monde sait très bien que les dévaluations internes et castrations budgétaires tuent l'emploi, c'est pas la loi connerie qui changera quoi que ce soit. Jamais une flexibilisation de l'emploi en France n'a créé de l'emploi, faut arrêter de dire des Kohmeries et qu'elle arrête de tortiller son gros boule en faisant la danse du ventre.

    RépondreSupprimer
  4. Manifestement, tu es un gros connard qui ne connait rien à l'économie comme ce connard de Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux fois connards dans un commentaire, c'est une répétition non ?
      (ça devrait être interdit)

      Sinon tu n'es pas si gros que ça quand même ^__^

      Supprimer
    2. Pollux à poils longs28 mars, 2016 22:26

      Ca sent la buse de skandal jusque ici... Un type qui multiplie les connards sans jamais argumenté, c'est signé.

      Supprimer
    3. Des anonymes trollent ici, c'est nouveau ça?

      Supprimer
    4. Ah Ah y'a un paquet de connards au m2 ici on dirait..

      Supprimer
  5. "Ah Ah y'a un paquet de connards au m2 ici on dirait.."

    Dont toi, la connasse, en plus d'être des analphabètes qui ne comprennent pas ce qu'ils lisent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du moment que tu arrives à lire ce que tu comprends, hein...

      Supprimer
  6. "Tiens ! On supprime le SMIC, je vous jure que j'embauche une femme de ménage..." C'est de l'humour ou c'est sérieux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réfléchis. S'il n'y a pas pas de SMIC, il y a pas de chômage puisque plus rien ne définit le travail salarié.

      Je n'ai pas dit qu'il fallait supprimer le SMIC, seulement d'arrêter de dire des conneries.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.