05 mars 2016

Le problème de la gauche

A

Clémentine, 

Je vais vous expliquer un truc. Votre pétition dépasse le million. C'est très bien. Je crois que je l'ai moi même signée parce que certains aspects me sortent par les orbites. 

Il n'empêche qu'il y a un truc qui dépasse le million, boire les trois millions, c'est le nombre de chômeurs. 

Le fait que vous vouliez défendre uniquement les salariés nous en enferme dans une logique politique et économique qui me dépasse et vous aussi, visiblement. Vous voulez défendre les droits des salariés en vous en doutant des autres. A l'occasion, vous nous expliqierez d'où viennent vos revenus et si vous avez déjà eu un vrai emploi salarié dans le public ou dans le privé. C'est pour savoir, hein !, pas pour polémiquer. 

Je vais vous expliquer un truc. Imaginons que l'on fasse une loi out supprimer le SMIC, je vais me précipiter pour employer une femme de ménage en la payant 3 euros de l'heure. Nous allons réduire rapidement le nombre de chômeurs. C'est un peu ce qu'a fait l'Allemagne dans le temps où la gauche les gouvernait. Ces andouilles de voisins ont un tas de travailleurs pauvres et nous pouvons ainsi être fiers de nos bons scores. Allons enfants de la patrie et tout ca. Mais on a trois millions de chômeurs. Ou quatre ou cinq. 

Par contre, et j'en suis désolé, mais vous n'êtes pas de gauche. Vous défendez exclusivement des types qui ont un travail contre des types qui n'en ont pas. Vous ne défendez pas les opprimés. Je veux bien être d'accord avec vous : considérer que ceux qui ont un contrat de travail sont des privilégiés est lamentable. Oups ! Vous ne défendez pas uniquement ces gens là mais aussi des islamistes. Toutes mes excuses. 

Vous êtes une plaie. 

A l'occasion, revenons dans la vraie vie. Vous faites passer toutes les valeurs de gauche pour ridicules. La droite, la vraie, va revenir au pouvoir. 

La loi machin est une connerie, certes, mais croyez vous franchement qu'il faut tout rejeter. 

A gauche, vous n'êtes pas censés lutter contre les inégalités ? Vous faites le contraire. Vous devriez lire les tribunes des prix Nobel de la paix. 

8 commentaires:

  1. Ces gens là sont de purs dogmatiques qui n'ont jamais tenu un marteau ou un tournevis...

    RépondreSupprimer
  2. Tu parles d'intérêt général. Je pense que cette gauche n'en a rien à branler de l'intérêt général d'un pays, d'une société.

    Ils ne raisonnent pas ces gens là. Ils surfent et existent grâce aux inégalités et grâce à la souffrance des gens : qu'elle soit plus forte et qu'il y en ait encore plus qu'ils souffrent c'est presque leur objectif...
    Ils ne défendent rien d'autre qu'eux...

    (D'ailleurs Autain elle n'était pas sur les liste Socialistes de Bartolone ?
    Rien à voir mais un peu quand même : si le pS continue à faire vivre cette extrême gauche qui n'en a cure de l'intérêt général et des valeurs républicaines, c'est embêtant...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, mémère était sur NA liste de Barto et elle mérite des baffes.

      Supprimer
    2. Piotr Batroneski05 mars, 2016 22:41

      Le problème, c'est que nos chômeurs ne sont pas mobiles... les polonais sans boulot, ils vont en Allemagne pour bosser pour 2 euros... les nôtres restent dans la Creuse où il n'y a rien à foutre.
      Que nos chomeurs aillent en germanie aussi au lieu de nous emmerder à voter le pen.

      Supprimer
    3. Vive les chômeurs mobiles et corvéables â merci.

      Supprimer
  3. C'est un faux problème le smic. Le supprimer ne changerait strictement rien dans un contexte où il y a des seuils sociaux et des dépenses pour aller travailler et vivre. Actuellement il y a des tas de postes proposés au smic qui ne trouvent pas preneur parce qu'il y a l'essence, qu'il faudrait payer la cantine, le périscolaire, la crèche, le centre aéré, une mutuelle au lieu de la cmu, vous avez moins de probabilités d'avoir un hlm, moins de chèques énergie, chèque alimentaire. Vous gagnez à peine plus que si vous restez avec les aides sociales (entendons-nous bien je ne porte aucun jugement moral sur les aides sociales, je constate). Même le minimum vieillesse est à 800 euros, un smicard doit toucher à peine 100 euros de plus à sa retraite...
    Même dans ma région sinistrée, les assistantes maternelles préfèrent rester au chômage si toutes leurs conditions ne sont pas remplies.
    L'Allemagne a mis en place les boulots à un euro mais finalement c'est ce qui se rapproche le plus du revenu universel, et non pas un épouvantable complot capitaliste. Le "coût" payé par l'entreprise est en concurrence avec les autres pays et l'état compense le manque à gagner par des aides sociales aux travailleurs financées par toute la société(l'équivalent de notre prime pour l'emploi mais à plus grosse échelle). L'apparition des travailleurs pauvres n'est pas dû donc à ce faux smic à 1 euro mais aux changements structurels du marché du travail allemand qui avant pouvaient se permettre des coûts salariaux très élevés et qui doit maintenant plus s'adapter aux coûts des autres pays malgré leur avance technologique et le choix de privilégier le travail à 1 euro + 7 euros d'aides sociales et le maintien d'entreprise plutôt que l'aide sociale à 8 euros directement sans emploi.
    L'autre proposition "réaliste" de certains libéraux est de baisser le super brut smicard (et non pas le net salarial) donc baisser les charges sociales avec en échange plus d'emplois (ou de maintien...) qui compenseraient le manque à gagner pour nos régimes de retraite et de sécurité sociale - mais là on touche à la bataille idéologique.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.