23 mars 2016

Pause pipi et combat syndical


Nous sommes en 2016 et cette information figure en deuxième position de Google News. Les salariés de Téléperformance, une société qui a toute ma sympathie pour des raisons symboliques (ils étaient installés en face de la Comète) sont obligés de demander l'autorisation avant d'aller pisser. Faire pipi. Pardon. Elle fait scandale. Je suppose que les gauchistes qui hurlent sont les premiers à gueuler et à critiquer le grand capital quand ils attendent trop longtemps quand ils contactent les centres d'appel et à exiger des baisses de tarif pour n'importe quelle raison. 

Comment voulez-vous qu'une entreprise avec un logiciel informatique puisse organiser le traitement des appels quand les employés vont pisser, surtout si plusieurs font des pauses en même temps ? 

Le débat est complètement surréaliste et à l'image des luttes sociales en France. Si je suis en réunion avec qui que ce soit, je ne vais pas pisser. Et si j'ai une urgence, je demande l'autorisation en présentant des excuses, autorisation qui m'est systématiquement accordée, mes patrons verraient d'un sale œil que je fasse sous moi. 

Cela étant, j'ai une vessie assez exceptionnelle sauf quand il fait froid. Je la remercie. Les patrons de bistro peuvent en témoigner. 

Tous les salariés ou presque sont concernés ou presque. On a tous des moments où on est obligés de pisser. Même ceux qui ne boivent pas de bière. Si la boîte en question à un problème avec un salarié qui pisse sans autorisation, elle sera condamnée. Nous parlons ici de l'optimisation du service au client par un logiciel pas d'une autorisation de ne pas faire sous soi. 

Les luttes sociales en 2016 par des imbéciles complètement coupés de la réalité... Je vais finir par défendre la loi Connerie, finalement, en exigeant l'ajout de clauses restrictives pour les salariés. 

Cela étant, il reste le problème pour les personnes réellement handicapées et devant pisser en urgence. Je connais une boîte où on a pris le local des femmes de ménage pour faire des toilettes pour les PMR pour se conforter à la loi, ce qui est normal (on aurait d'ailleurs dû le faire sans loi...), même s'il n'y a pas de PMR chez eux (mais s'ils reçoivent des clients). Il n'empêche que s'il n'y a plus de PQ, les femmes de ménages sont obligées d'aller 21 étages plus bas dans la tour pour en chercher. Pardon. Les techniciens de surface. 21 étages que pourraient faire les rares PMR qui viennent chez pour rejoindre des toilettes aux normes. 

Est-ce qu'on pourrait ne pas commencer à faire des scandales après avoir posément étudier les sujets. Nous sommes en 2016. 

Téléperformance va continuer à délocaliser ses centres d'appel parce que des syndicats ne veulent pas qu'un logiciel soit informé des pauses. 

Tapons sur les patrons et les heures d'attente. 

27 commentaires:

  1. Vous êtes fou.
    Ou alors vous blaguez et je ne comprends pas votre humour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne rien comprendre est un peu une constante chez toi.

      Supprimer
    2. Ayant travaillé sur ce genre de plateforme d'appel je dois dire qu'il y a de quoi gueuler. Les salariés y sont traité de la pire façon possible toujours coincés entre différents obligations de quotas les plus idiots possibles par des gens ne conaissant rien au métier. An parlant des logiciels, certains chronomètrent d'ailleurs le temps passé aux toilette et le déduisent de la pause légale. On ne prévoit pas quand on veut aller aux toilettes, et s'il y a du monde sur les plateaux, c'est justement pour pouvoir prendre des appels pendant et que les autres sont occupés. Et même si dans le pire des cas tout le monde est en ligne, le client peut attendre 2 minutes, ça ne tuera personne, ni lui, ni l'entreprise. Fliquer les gens pour leurs pauses toilettes n'est pas normal!

      Supprimer
  2. tout à fait d'accord avec vous; Il y a meme des salariers au bord du suicide

    RépondreSupprimer
  3. Les gens, un peu de sérieux. Il y a plus de gens au bord du suicide parce qu'ils sont licenciés car les centres d'appel sont délocalisés.

    Pourquoi un patron devrait payer ses salariés à pisser ?

    Il y a d'autre combat à mener comme le fait de permettre à une personne en situation de handicap de travailler. Par exemple, je cite les toilettes pour handicapés de la boîte privée mais la tour est n'est pas accessible en fauteuil roulant parce que les infrastructures publiques ne sont pas aux normes. En outre, pour venir dans le quartier, il faut prendre le métro ou le RER eux mêmes inaccessibles.

    Enfin, avec vos propos vous encouragez les entreprises à ne pas embaucher de salariés susceptibles d'aller pisser en urgence (les vieux et les jeunes femmes enceintes).

    Il faut arrêter de réagir avec émotion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, l'émotion bordel! Tiens - une idée en passant- "Et pourquoi diable payer les gens à rien foutre pendant les congés payés hein". On peut aller jusque là pour bien tenir compte de la "souffrance des patrons" non? Ça évitera qu'ils ne "delocalisent" nos pauvres emplois vers la mer de Chine, par exemple, tant qu'à faire dans les "Zé-motions...

      "Bossez bordel! Vous pisserez au plein-emploi! Au boulot! Non mais...

      PS: Etudiant, j'ai longtemps bossé chez "Syscall télémarketing Téléperformance dans le 12ème à Paris, je connais tres bien le fonctionnement de la boutique.

      Supprimer
    2. Tu racontes n'importe quoi pour te faire croire que tu es plus à gauche que les autres en récitant des conneries du droit du travail sous forme de slogan. L'important pour les congés est le salaire pour un nombre de jours de travail (et des droits comme le nombre de jours de repos, le seuil de déclenchement des heures supplémentaires,...). Tu fais dans l'émotion avec des caricatures.

      Par ailleurs, tu joues à celui qui connaît. Je fais faire pareil depuis 1998, je bosse en pensant aux "plateaux" et depuis 2004, je suis le responsable de la maîtrise d'ouvrage pour les applications qui alimentent celles qui leur sont destinés.

      Supprimer
    3. Putain de fonctionnaire, j'ai développé des solutions de gestion (logiciels) pour ce type de structure /Analyste programmeur, ex-pisseur de code, le passage l'An2000 toussa. (Mais chuuut��).

      Et je ne blogue pas pour ma "boutique", juste des convictions, mais bon...

      Voilà.

      Supprimer
    4. Qui parle de boutique.

      Je m'en fous de ton CV mais tu ne devrais pas le mettre en avant et croire que tu es plus compétent que les autres.

      Supprimer
    5. (Ha ha ha!), c'est drôle, t'es le seul à parler de ton boulot sur ton blog -c'est ton droit-, et depuis le temps.... on a fini par croire que c'est " un justificatif de connerie, mais bon, oublions tout ça ...

      And, Pisse and Love.

      Supprimer
    6. Tu es vraiment fou et con. C'est toi qui parles de ton expérience de stagiaire voire de boulot. Et tu prétends que je suis le seul à parler de mon boulot. Parle ans aux blogueurs lyonnais.

      En fait, il n'y a que toi dont on ne connaît pas le boulot ou presque. Y compris du temps où on était potes.

      Supprimer
  4. Enfin un peu de bon sens...quand je tenais une caisse ou un guichet fallait bien prévenir et attendre que quelqu'un vienne me remplacer ne serait-ce que par sécurité. Quand j'étais prestataire dans une entreprise extérieure, le chef d'équipe organisait des "sessions" à la demande du premier pisseur, qui devait attendre les 3-4 autres qui voulaient venir - parce que comme tu le dis il est formellement interdit par la loi de ne pas accompagner dans quelque soit déplacement un travailleur dans des locaux inconnus par sécurité.
    Globalement les patrons et chefs sont aussi humains, on parle juste d'organisation qui est juste souvent de la sécurité - par exemple sécurité psychologique à ne pas avoir des clients trop énervés au téléphone car ils ont été rerouté deux fois.
    Quand j'étais enceinte mon chef hilare interrompait une téléconf nationale pile à 11h heure où je devais systématiquement allée dégobiller (les mystères de la nature...). J'ai vu plus de gens attendre de dépointer que l’ascenseur arrive (faut vraiment pas avoir de plaisir dans la vie pour en arriver à ce point de délire) que de méchants chefs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bien ce commentaire.
      Faut arrêter avec ce réflexe pavlovien 'le patron est forcément un monstre'. Et avec le coté "on va faire pleurer dans les chaumières avec ces pauvres ouvriers".

      On parle de relations humaines toutes bêtes. "Je pars je reviens dans une minute", c'est pas monstrueux. Et c'est ce que l'on fait d'une manière naturelle, quand on est respectueux des gens avec qui ont travaille (quand on est en réunion, en groupe, sur le chantier...).

      La manière dont est présentée l'information est forcément choquante, et appelle à l'indignation. Mais au final, à part l'envie toujours la même de faire le buzz de rien, il n'y a pas grand chose.

      Supprimer
  5. "Si je suis en réunion avec qui que ce soit, je ne vais pas pisser."

    Sauf, charmant Nicolas, que vous n'êtes pas en réunion 8h d'affilées tous les jours ouvrés.

    De ce fait, ce qui ne serait que ponctuel devient continu.

    j'ajoute que ces plateaux sont des lieux où il faut être très courageux pour y travailler.

    Ceci étant, je n'ai pas l'âme revendicatrice, ma sensibilité est à droite, mais dans le respect du social.

    hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit que c'était un boulot facile mais qu'y a des revendications idiotes. Si ces braves gens avaient des conditions de travail agréables, ça serait mieux. C'est donc leur capacité à satisfaire les clients qui comptent parce qu'alors les clients ne gueulent pas. On peut attendre 10 minutes avant de pisser s'il faut recevoir des appels. Et si un type n'est pas capable de prévoir ses pauses une heure à l'avance c'est un problème.

      Je fais mes huit heures de réunion certains jours et on organise les pauses.

      Supprimer
  6. Les pires imbéciles sont ceux qui font croire que c'est la faute à Macron !

    RépondreSupprimer
  7. M'est arrivé de monter la garde. 2 heures. Me suis pas pissé dessus pour autant.

    RépondreSupprimer
  8. À l'inverse, il m'est déjà arrivé de pisser pendant trois heures d'affilée sans retourner au boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ailleurs, statistiquement, je vais une fois par jour au bureau. Je ne compte pas les fous où je vais pisser.

      Supprimer
    2. En fait, il faudrait demander l'autorisation à la dame pipi pour aller bosser.

      Supprimer
  9. C'est amusant quand même de voir certains se revendiquer du socialisme (de celui qui se voulait de progrès s'entend) se satisfaire de l'univers de plus en plus carcéral d'un certain monde du travail.
    Il s'en trouve parmi eux beaucoup pour s’accommoder d'un retour au 19ème siècle et à une forme d’esclavagisme.
    Et vous en faites volontiers partie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! Quand un type d'extrême droite comme toi parle de social, je rigole. Nous sommes proche du national socialisme (et de Godwin). Je rigole encore plus quand des mecs qui se prétendent à gauche défendent les mêmes trucs que les types d'extrême droite.

      Supprimer
    2. Moi ce qui m'amuse toujours, mais on ne va pas encore refaire l'histoire, c'est comment le socialisme et le nationalisme ont pu se rencontrer, se comprendre et s'accoupler.
      Et en France bien avant l'Allemagne.
      Mais on s'écarte du sujet principal qui était que le socialisme portait, croit encore ou feint de le porter, le progrès.
      Je ne pourrais pas être socialiste car le mensonge m'est insupportable.

      Supprimer
    3. C'est encore moi qui décide des sujets de mes billets et je n'ai jamais dit être socialiste. Je vote pour le parti qui porte ce nom parce que c'est le plus proche de mes idée. Et j'ai fait des billets pour dire qu'il devrait changer de nom.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.