16 avril 2016

Go Hollande 2017

Je vois beaucoup de commentaires ironiques sur les sondages pour la prochaine presidentielle (de la part de gens qui ont voté pour Ségo à la primaire de 2006 et qui disent qu'ils ne croient pas aux sondages) : Hollande ne sera pas réélu. 

Je vais faire deux objections :

La première est qu'il y a un an et un mois avant la dernière presidentielle, personne ne le donnait gagnant. 

La deuxième est qu'aucun sondage ne montre qu'une autre personnalité de gauche pourrait gagner. À part Macron mais c'est une bulle qui, en plus, ne sera pas candidat. 

Alors, on fait quoi, maintenant ? On vote Juppé, la réincarnation de Balladur, où on regarde objectivement le bilan des quinquennats ?

Parce que si on porte le choix entre un candidat qui va tirer sa grosse en mobylette et un autre qui annonce son mariage dans un parc d'attraction, on ne va pas avancer. 

Il est temps de soutenir Pépère pour 2017. Sinon la droite dure reviendra au pouvoir avec ses projets sébiles pour torpiller la France. 

Il n'y a pas d'alternative ou dites moi laquelle. 

12 commentaires:

  1. Il n'y a pas d'alternative ou dites moi laquelle.

    Hollande go home.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trou du cul. Je m'adresse aux gens de gauche pas aux vieux fascistes qui sont aguets sur les blogs un samedi à minuit parce qu'ils sont seuls.

      Supprimer
    2. Ah non.
      Je ne suis pas aux aguets.
      Seul encore moins.
      Mais toi tu dois l'être, et j'en suis sincèrement désolé pour toi.

      Supprimer
    3. Tu es sur les blogs et tu fais un commentaire 7 minutes après la parution d'un billet un samedi vers minuit ? Tu peux consulter un toubib.

      Supprimer
    4. Non.
      Mais je te conseille vivement d'en consulter un pour avoir commis un billet inepte après minuit.
      Reprends un cookies et va te coucher.

      Supprimer
  2. Les sondages disent aussi que face à MLP au second tour, Hollande serait battu et le FN élu.
    Voter Hollande c'est risquer de faire élire le FN.

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que

    - si j'étais socialiste, je travaillerais plus à reconstruire le parti en vue des législatives, et pour le blogueur que tu es, de travailler afin de montrer l'intérêt d'une forte Proportion de socialistes à l'assemblée.

    - si j'étais Jupé je me dépêcherais de sortir noir sur blanc les mesures que j'appliquerais lors de mon mandat, sans mensonge et langue de bois, en essayant de démontrer que la contrepartie n'a pas que du bon pour les possédants.

    - si j'étais Mélenchon j'essaierais de développer un côté rassurant qui irait si bien avec Son éloquence. Mais cela ne changerait pas le cours des choses puisque les autres "gauches" jouent leur propre partition.

    - si j'étais Valls, j'essaierais de reposer les pieds sur terre et de choisir entre le blairisme ou le libéralisme contrôlé à la Française qu'il reste encore à inventer.
    Il a su montrer qu'il ne se pliait pas à la politique de l'Allemagne en matière d'immigration (les intérêts des uns étant incompatibles avec ceux des autres), ce qui devrait l'inciter à aller plus loin, et de s'attaquer aux divergences d'intérêts en matière économique.

    Si j'étais Hollande, je comprendrais que l'heure de l'européisme béât est passée.
    Que les Français ont depuis longtemps la même dent qu'ils ont contre Sarko :

    Pour la première fois de l'histoire de France le résultat d'un référendum à été foulé aux pieds.

    Que rien de tout cela n'a été oublié, d'autant qu'année aprés année l'UE apporte aux populations larmes et haine.

    Si j'êtais Hollande et Valls, j'essaierai de mettre cela à plat pour déterminer ce qui serait meilleur pour le pays.

    Mais lorsqu'on est un politique où place t'on le centre d'intérêt ?

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  4. Thibaud Collin18 avril, 2016 20:41

    La droite peut se montrer dure car Hollande a placé le curseur bien à droite. Si les lois Macron/El Komry sont un peu modifiées par la pression des frondeurs, le suivant n'aura qu'à les reproposer en disant que la gauche était globalement d'accord avec ça. idem pour la déchéance de la nationalité.
    Economiquement, il n'y strictement aucune différence entre Sarkozy et Hollande.
    Reste le sociétal... bon, on a eu le mariage homo, mouais, bof, je crois que tout le monde s'en battait les couilles sauf les milieux cathos. Alors oui, on peut remercier Hollande d'avoir énervée Boutin, c'était un petit plaisir de voir la grosse simuler l'attaque au gaz.
    Mais bon, ça fait léger comme programme.

    Sinon, Placé, sous-ministre, ça ne passe pas.... les mêmes combines que sous sarkozy.

    Bref, je ne trouve aucune raison de voter Hollande en 2017. Je préfère presque me faire enculer par la droite que par le gros Hollande sournoisement. Au moins, avec Juppé, on s'y attend.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne vois pas de solution viable a part s'en battre les couilles car le FN ne passera pas ( no pasaràn ! ).
    Certains s'embourgeoisent politiquement en vieillissant d'autres prendraient bien beaucoup de recul avec tout ça se redant compte que ça ne change rien.
    Adieu.

    RépondreSupprimer
  6. Hollande est définitivement mort dans les sondages, donc qu'il aille crever en silence.

    RépondreSupprimer
  7. Tu as raison : un an et un mois avant la dernière presidentielle, personne ne donnait Hollande gagnant. Et puis il y a eu les primaires de la gauche, qu'il a gagnées et qui lui ont donné une crédibilité.

    Pour 2016, travaillons à ce que les primaires de la gauche aient ce même succès. Comme en 2011, elles placeront sous le feu des projecteurs notre candidat.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.