11 mai 2016

Délation de censure

En ces temps où l'on parle beaucoup de dénonciation d'harcèlement sexuel (à ce rythme, demain tu regardes un cul et tu finis en prison), je vais moi même dénoncer. 


C'est la liste des députés de gauche qui ont signé une motion de censure contre le gouvernement. Je ne veux pas les condamner au bûcher mais dire à leurs électeurs qui sont les andouilles qu'elles ont élues dans la foulée de la victoire de François Hollande pour le soutenir et qui favorisent maintenant le retour en urgence de la droite au pouvoir. 

Certes, Pépère n'avait pas promis cette loi mais en ces jours où la droite debeloppe son "programme économique", droite ultra majoritaire en France, le capitaine de pédalo fait figure d'un affreux gauchiste auprès de 70% des électeurs. 

J'encourage donc Jean-C Cambadelis à annoncer immédiatement qu'ils n'auront pas le soutien du PS pour la prochaine législative. 

En outre, si ces andouilles pouvaient admettre que certaines réformes (que je n'approuve pas nécessairement) du marché du travail sont nécessaires à l'heure où seuls les salariés des grosses boites boites sont protégés et où le travail salarié va aller en baissant (au profit d'autres formes de travail) sont utiles ou nécessaires, on pourrait avancer. 

Cela étant étant, le gouvernement a fait des grosses erreurs, notamment avec cette histoire d'inversion de la hiérarchie des normes, dans un pays très peu syndiqué. 

Continuez à taper sur la gauche de gouvernement. La retraite va passer à 65 ans et les 35 heures seront supprimées avec le programme de la droite. Il faut parfois faire des concessions, voter contre des lois,... Mais déposer une motion de censure,... Non. 

On appelle cela de la traîtrise. 


14 commentaires:

  1. Je ne sais pas, je trouve ça taper à côté, surtout le dernier mot.

    Traitrise ? Mais leur rôle n'est pas d'avaliser tout ce que fait le président (et encore moins le gouvernement). Ils ont été élus par le peuple, pour le représenter, et voter en leur âme et conscience.

    La traitrise serait de considérer qu'il y a obligation d'agir en suivant le président. Ce serait trahir le mandat, dans son esprit et dans sa lettre.

    Et quand s'il y a une opposition évidente entre la volonté du peuple et celle du président, la traitrise serait de suivre le président, parce que l'affiliation elle va d'abord au peuple.


    Après oui, c'est peut être stratégiquement idiot. Ils agissent en leur âme et conscience et les gens ont des opinions différentes sur les stratégies.

    Je note toutefois qu'en faisant passer cette loi, surtout ainsi, le PS s'enterre bien tout seul, motion de censure ou pas. Merci de ne pas reporter la faute. (oui, je dis bien *cette* loi avec *ce* contenu, que faire des réformes puisse être nécessaire n'implique heureusement pas d'accepter n'importe quelle réforme pour autant)

    Peut-être que ces députés ont jugé que le contenu de cette loi était trop grave pour accepter un passage en force, quitte à ajouter de l'eau dans la barque du parti, parce que l'important est la France et pas le parti. On peut être en désaccord, on peut considérer que c'est un mauvais choix, mais c'est un choix sacrément respectable et qui mérite mieux que l’appellation de traitrise.

    Peut-être (plus probablement) que certains de ces députés se sont dit que le PS était justement déjà grillé avec cette loi et ce passage en force, et que peut-être que montrer qu'il y avait une voix différente à gauche pouvait donner un espoir autre que la droite en 2017 (avec eux, bien évidemment). Là aussi, on peut être en désaccord, trouver ça imbécile, mais pas forcément plus que de se taire et de regarder le navire sombrer en sachant que le capitaine continue à percer des trous dans la coque.

    Bref, je ne sais pas si c'est intelligent, ce qui précède ne l'était de toutes façons pas.

    Par contre si nous parlons de traitrise, dans les gens autour de moi, ceux qui ont voté à gauche, quand ils parlent de traitrise, ils parlent plutôt de de notre président et de notre gouvernement.

    La faillite de la gauche, elle vient peut être aussi et surtout de là : plus grand monde ne soutient la direction prise, ni à droite (qui de toute façons est contre tout ce qui peut être mené par la gauche, par principe), ni à gauche (qui attendait une autre politique, celle du programme pour lequel ils ont voté)

    Bref (oui je fais long), le terme de traitrise me choque profondément, il implique l'allégeance partisane à la structure plutôt qu'aux idées, aux peuple ou au pays.
    Je ne me fais pas naïf sur ce qu'est le jeu politique aujourd'hui, mais nous n'avons pas obligation d'en ajouter non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu. Trop long. Personne ne va te lire.

      Supprimer
    2. Hé ben, si!!

      Supprimer
  2. "La retraite va passer à 65 ans et les 35 heures seront supprimées avec le programme de la droite." Ben ouais, ça va chialer le soir de l’élection d'un président de droite.

    RépondreSupprimer
  3. Les socialos commencent à sentir le pipi qui leur dégouline jusque dans leurs chaussettes, alors que si nous ne faisons qu'encore tapisserie nous sommes prêts pour l'ouverture du bal.

    RépondreSupprimer
  4. S'il fallait toujours tenir compte des avis de ceux qui sont toujours contre tout ça n'avancerait pas beaucoup... J'imagine les polémiques quand le premier peintre préhistorique a voulu couvrir une caverne de peintures rupestres....

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai publié ce commentaire par mégarde mais je n'élude pas la question. Cela ne changera rien aux relations excellentes que j'ai avec mon député. Je n'avais même pas vu qu'il était dans la liste. Je l'ai découvert sur la page Facebook.

      Supprimer
    2. Notons que le vieille bique a recommencé à commenter mes blogs après une semaine de calme. Je censure à chaque fois il croit qu'il m'obsède.

      Supprimer
  6. Ce billet et ses commentaires sont d'une connerie invraisemblable.
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  7. "le gouvernement a fait des grosses erreurs, notamment avec cette histoire d'inversion de la hiérarchie des normes"
    Est ce si sûr ?
    je m'explique:
    Principe de l’accord majoritaire
    recueillir la signature d’une ou plusieurs organisations syndicales représentant au moins 50 % des suffrages au premier tour d' élections professionnelles.
    Aménagement du principe
    Un accord recueillant la signature d’organisations syndicales recueillant au moins 30 % (mais moins de 50 %) peut être valable sous réserve qu'après consultation des salariés ils se prononcent à plus de 50% .....
    Le reste ne te concerne pas Nicolas mais pour la Vrauche
    Qu'on m'explique , Il faut écouter la rue qui se prononce contre le projet Mais il ne faut pas écouter les salariés qui voteraient à 50%+1 dans l'entreprise ???? De qui se moque t'on !!!!
    vincent





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr. Si la loi dit que le salarié peut aller pisser quand il veut, un accord d'entreprise ne doit pas permette qu'il puisse le faire uniquement sur autorisation du chef de service.

      J'ai fait un billet à ce sujet récemment parce qu'une boîte (Teleperformance) a décrété que ses salariés devaient envoyer un mail pour pouvoir aller pisset.

      Il fait que la loi reste maître et qu'un accord d'entreprise signé par des imbéciles puissent décider quand il faut aller pisset. Mais il faut qu'elle prévoit le cas où l'indisponibilité temporaire d'un salarié est pénalisante pour le service.

      Supprimer
    2. Mais précisément , sans accord dans l'établissement ;tu sais très bien que l'on en revient à la loi ,le groupe , l'entreprise .
      Maintenant j'attends avec délectation une consultation sur le temps pipi ;-)
      vincent

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.