21 juin 2016

Dernière ligne droite pour Notre-Dame-des-Landes ?

Encore une discussion, à table, à propos de Notre-Dame-des-Landes où un lascar disait que l’aéroport se faisait parce que les politiciens et fonctionnaires touchaient des pots de vin. J’ai été assez virulent, provoquant l’étonnement des collègues. J’ai dit : « Encore un type qui parle sans rien connaître du dossier, cela commence à me gonfler ! » Il a répondu « Je sais de quoi je parle, j’ai bossé dans le bâtiment, pour la mairie de Paris, pendant deux ans. » Comme quoi tout même à l’informatique et je le laisse à sa diffamation, il a expliqué comment se passait la distribution des fonds et autres voyages gratuits.

 

Dans l’attente, posons-nous quelques questions…

 

L’aéroport est-il bon pour l’environnement ?

 

La réponse est évidemment négative et je vous invite à me citer une réalisation humaine d’envergure bonne pour l’environnement. La question n’est pas là mais : ce nouvel aéroport est-il meilleur pour l’environnement que l’ancien ? La réponse est probablement positive mais on trouverait des individus pour démontrer que ces pauvres salamandres vont se mettre à chanter la marseillaise en breton. 

La nouvel aéroport coûtera moins cher en énergie que l’ancien et limitera les dégâts causé à l’environnement par l’ancien.  Il permettra à ce dernier de libérer l’espace occupé par l’aérogare pour construire des machins et donc participera à la limitation de l’étalement urbain de Nantes.

 

La croissance de l’ancien aéroport nécessite-t-elle son transfert pour un sérieux agrandissement ?

 

Si j’avais la réponse, je vous la donnerais avec plaisir. Il n’empêche qu’on ne pas nier la forte croissance de l’ancien…

Ceux qui veulent démontrer que l’aéroport est assez grand utilisent généralement tant de mensonges que l’on ne peut que ricaner. Par exemple, ils vous expliquent sans rire que des aéroports bien plus grands n’ont qu’une piste. Or, le sujet n’a rien à voir. C’est l’aérogare qui arrive à saturation. La deuxième piste n’est qu’une bricole (elle permettra de limiter le « roulage » de l’avion et donc la consommation d’énergie, l’attente des voyageurs,…). 

 

L’aéroport est-il trop cher ?

 

La question ne sert à rien : l’aéroport est construit par une entreprise privée qui se rémunèrera auprès d’entreprises privées (les compagnies aériennes). La collectivité aura à payer les infrastructures, la route, les échangeurs et autres ronds-points. Mais le montant n’a rien à voir à ce que quelques fous ont pu sortir dans les réseaux sociaux.

Par contre, refaire l’ancien coûtera largement plus que la peau d’Ephèse. Rien que le coût lié à sa fermeture pendant la durée des travaux est rédhibitoire. Nous avons en plus certaines andouilles qui évoquent la possibilité de faire une piste dans l’autre sens à Nantes-Atlantique pour diminuer les dégâts sur l’environnement : il faudrait tout simplement dévier la ligne de train entre Nantes et Pornic.

Sisi, cherchez Pornic avec Google Maps, à l’est vous tombez sur l’Aéroport. Cette simple vue montre qu’il est odieusement mal placé entre Grand-Lieu et Nantes et on voit clairement la ligne. Je ne raconte pas que n’importe quoi.

 

Est-il bon pour les gens ?

 

Ne nous occupons pas, pour l’instant de ceux qui ne prennent pas l’avion. Vu le nombre de lascars survolés par les vols au départ ou à l’arrivée de l’ancien, la réponse est évidemment positive.

La réponse pour les autres, les heureux usagers, sera difficile à démontrer tant il est évident que les habitants du sud de la Loire seront lésés. Par contre, le nouvel sera accessible à un bien plus grand panel de gens, étant à moins d’une heure de Rennes et de Vannes.

 

Est-il utile ?

 

La réponse est : oui. Personne ne s’amuserait à construire un tel truc s’il ne servait à rien et l’honorable maison Vinci ne s’apprêterait à y dépenser un demi-milliard si elle n’était pas persuadée de rentrer dans ses fonds parce que ces clients, les compagnies aériennes, sont persuadées que les leurs, les heureux usagers, auront besoin de ce truc. 

Les opposants trouvent toujours des exemples grotesques pour expliquer qu’il ne sert à rien. Du genre : Nantes est deux heures de Paris, les types qui vont en vacances en Guadeloupe peuvent prendre l’avion à Roissy. Ils oublient de préciser que l’objectif n’est pas que de transporter des touristes du coin mais aussi d’en accueillir  et de permettre aux industriels de se déplacer. Ils oublient également de dire que pour prendre un long courrier à Roissy, il faut généralement partir la veille et passer une nuit à l’hôtel ce qui relativise la faible distance entre Nantes et Roissy ou Orly. Nantes NDDL, il faut une heure en prenant en compte les bouchons et le temps de trouver un parking. Nantes Orly, c’est au minimum 3h10, auxquelles vous pouvez ajouter une heure pour aller à la gare de Nantes et pour aller de celle de Roissy jusqu’au terminal… Quatre fois plus.

Toujours est-il qu’un industriel Breton qui doit aller voir un client à Séville ne se pose même pas la question de savoir si c’est utile.

 

Votez bien !  


15 commentaires:

  1. « Personne ne s’amuserait à construire un tel truc s’il ne servait à rien »

    Alors, là, je vous trouve bien optimiste ! Des abattoirs de La Villette jusqu'au Concorde, en passant par une dizaine d'autres trucs qui ne me viennent pas à l'esprit sur le moment, les réalisations aussi inutiles que dispendieuses ne sont rien moins que rares.

    Pour l'aéroport lui-même, je reste sans opinion, m'en foutant absolument.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des exemples de trucs qui ne servent à rien. On en trouve des tonnes. Il ne faut pas prendre les sujets à l'envers : au moment de la construction on pense qu'ils sont utiles. Les lascars qui ont pensé à NDDL, depuis les années 60, pensent qu'il est utile. Alors que ceux qui sont contre le sont essentiellement par opportunisme politique.

      Supprimer
    2. Les lignes ou gares TGV, aéroports très peu utilisés, ca n'existe évidemment pas en France. L'état fait évidemment des choix parfaitement judicieux, tout va très bien dans le meilleur des mondes. Les centrales nucléaires foireuses au point qu'Areva est en train de couler, encore l'état derrière, tout va très bien...

      Les logiciels comme Louvois complètement foireux, pas de problème, l'état a fait le bon choix.

      Supprimer
    3. Louvois n'a rien avoir : c'est une erreur dans la gestion d'un projet et tout le monde s'en fout (sauf les bisasses qui n'ont pas été payés). Les gares inutiles (et je suis le premier à gueuler contre) sont les résultats de négociations politiques (je vote pour ton projet si tu me fais une gare).

      Mais comme tous les opposants à NDDL, tu es anonyme et tu ne réponds pas aux arguments évoqués, tu en ajoutes d'autres très mauvais pour noter le poisson. Démarche criminelle.

      Supprimer
  2. Je fais quand même remarquer que l'Airbus est le fils du Concorde. Les sauts technologiques du Concorde ont profité à l'Airbus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila. Et le Concorde était utile. Mais on a eu la crise du pétrole.

      Supprimer
    2. Argument spécieux : les innovations technologiques en question auraient beaucoup gagné (et les contribuables français aussi…) à être utilisés directement sur un gros porteur (avion d'avenir, comme l'avait compris Boeing à l'époque) sans passer par la case Concorde, avion aussi "prestigieux" qu'inutile, crise du pétrole ou pas.

      Supprimer
    3. #noussommestousdesspecialistesdelaeronautique.

      Après le Concorde, Aurbus a fait l'A300 puis l'A310 et l'A320 qui ont permis d'égaler Boing.

      Supprimer
    4. Mais je le sais bien bien, bon sang ! Mais je ne vois pas en quoi le passage par l'aberration Concorde était nécessaire. La preuve, c'est que Boeing s'est bien gardé de vouloir se lancer sur ce terrain-là (contrairement à ces abrutis de communistes russes).

      Supprimer
    5. Ce n'était pas une aberration à l'époque et Airbus a décollé sur le marché. On n'est plus dans le contexte et la stratégie industrielle de la France est est un roman. Voire politique. Il fallait peut-être montrer face à l'URSS et à aux USA qu'on avait aussi la plus grosse.

      On est loin de NDDL. Toutes les études montrent que c'est dans ce "grand ouest" qu'on a le plus d'aéroports (vive l'invasion allemande et ces braves antisemites notoires qui construisaient des pistes partout) mais les moins "efficaces" (la région est la moins bien couverte).

      Supprimer
    6. De toute façon, je m'en fous, je préfère qu'on construise des aéroports plutôt que des logements sociaux : ça attire moins les Lyonnais.

      Supprimer
    7. Vous croyez qu'ils viennent à la nage ? Et comment on les renvoie chez eux, hein ?

      Supprimer
  3. Symboliquement, voter oui c'est voter contre l'extrême gauche délinquante et contre les casseurs. Et c'est voter pour la République.

    J'espère que pour avoir une Cosse et un Placé au gouvernement (belle affaire !), Hollande n'a pas joué avec le feu. Car si le non passe ça serait un drame...

    Enfin bon... (Moi j'ai,pas le droit de voter)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Ça ne serait pas un drame. Cela reviendrait à foutre le nez dans la merde aux Français : il n'est plus possible de bâtir en France car la République ne fonctionne plus. Et on se rendra d'ailleurs compte des dysfonctionnements : le référendum aurait dû être fait quand on a relancé le projet.

      Supprimer
  4. Trouvez-vous normal qu'un cycliste le dimanche matin soit RANCONNE de 20 euros pour pouvoir continuer son chemin dans ce "territoire " ?????????????????????????

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.