28 juin 2016

Loudéac et la politique locale

Rappel : en 2001, il n'y avait qu'un seul candidat, à l'élection municipale, un socialiste, Didier Chouat, le maire sortant. Gérard Huet qu'on situait à gauche à l'époque trouvait - à juste titre - qu'il n'était pas normal d'avoir un conseil municipal sans opposition. Il a monté sa propre liste. Des électeurs de gauche étaient d'accord avec lui et ont voté pour... tout comme ceux de droite voulant en finir avec les socialistes. Il a été élu. Et réélu aux deux élections suivantes, toujours soutenu par la droite. Récemment, il y a eu des problèmes dans la majorité amenant de nombreuses  démissions au sein du Conseil provoquant de nouvelles élections. 

Il y avait donc, en plus des socialos, deux listes de droite : une menée par Christophe Le Ho, soutenue par Gérard Huet, le maire sortant, une soutenue par Marc Le Fur avec en tête une personnalité locale connue (un toubib venant de prendre sa retraite). J'étais persuadé que cette dernière arriverait largement en tête des listes de droite et gagnerait aisément le second tour. Pour moi, comme de nombreux proches, la gauche et le toubib auraient chacun plus de 40%, Le Ho héritant de 15 ou 20%. 

Patatras ! Le Ho est arrivé bien en tête au premier tour avec environ 37% et les autres à égalité avec un peu plus de 30% chacun. Notons que la gauche se trouvait laminée même si elle arrivait deuxième. Pour le deuxième tour, les deux listes de droite ne se sont pas entendues et n'ont pas réussi à fusionner leurs listes. La logique aurait voulu que les scores soient proches de ceux du premier tour mais, en fin de compte, la liste de gauche est arrivée en tête avec 11 voix d'avance sur celle de Le Ho (il y a plus de 6000 inscrits, je crois). Bruno Le Bescaut, soutenu par les socialistes, sera donc le prochain maire de Loudéac. 

A titre personnel (et donc sans rapport avec ce billet, d'autant que j'ai suivi tout ça de loin, uniquement avec ce que je trouvais sur le net), je pense qu'il a mené une belle campagne. J'ai eu le sentiment qu'il a fait ce que j'aurais voulu que la gauche fasse aux deux scrutins municipaux précédents et pour le premier tour : démontrer l'incompétence et l'amateurisme de cette bande arrivée au rênes par hasard en 2001 et soutenue par une droite qui n'avait pas d'autre choix pour assurer une sorte de mainmise sur le Centre Bretagne. 

D'ailleurs, 56 n'est pas seulement le numéro du département voisin mais aussi le score fait en 2002 par François Hollande à la presidentielle et celui fait par Marc Le Fur, à la législative, 5 semaines plus tard. Les Loudéaciens sont ainsi. En mai, on vote pour le changemen, en juin, on vote pour éviter le changement. Il serait d'ailleurs peut-être temps que les politiciens locaux mettent les électeurs dans leur caca. 

Ce midi, on parlait de Loudéac, au journal régional de France 3. 

On y voit des interviews de Huet, Le Bescaut et Le Ho. 

Je pense que "les sortants" se trompent. Notamment, Gérard Huet accuse Marc Le Fur de ne pas avoir soutenu la liste arrivée en tête au premier tour et favorisé la fusion des listes. Un moment est délicieux, c'est quand Gérard rappelle que Marco était la tête de liste de l'UMP pour l'élection régionale et que la Betagne s'y est montrée la plus ancrée à gauche... 

Dimanche soir, j'ai appris la nouvelle dans Twitter. Je remercie la journaliste du Télégramme qui a fait un excellent boulot. J'ai eu l'information avant la plupart des Loudéaciens (et j'étais peut-être le premier à en faire un billet sur le web même si, ce soir-là, j'étais plus intéressé par le référendum pour Notre-Dame-des-Landes). 

Du coup, le lendemain matin (et aujourd'hui), je me suis beaucoup penché sur les réactions dans Twitter. Il y avait bien sûr des types de gauche qui se réjouissaient de la victoire (oubliant un peu, mais c'est de bonne guerre, j'ai fait pareil, qu'elle a gagné avec moins de 40%). Mais une majorité de twittos exprimant sa satisfaction d'être débarrassé de "la clique à Huet", ce qui est mon cas. 

Et je pense que cela suffit largement à expliquer le revirement entre les deux tours. Comme en 2001, des électeurs ont voté pour la liste soutenue par aucun parti, celle de Huet puis celle qu'il a soutenue, par défi. Le soir du premier tour, ils ont vu qu'elle pouvait gagner. Puis !

Dans les tweets, je suis tombé sur celui d'un homonyme, un certain Jégou, cadre de LR à Saint Brieuc, soutien d'Alain Juppé. Il disait en gros (et de memoire) : "à Loudéac, nous avons aussi la droite la plus bête du monde". Je ne sais pas s'il plaisantait ou s'il voulait taper sur quelqu'un et donc sur qui. Marc Le Fur ne me paraît pas proche de Juppé. 

Dans son interview, Gérard Huet dit que Le Fur a perdu le Centre Bretagne qui semblait pourtant lui être promis, notamment comme mot de consolation (il est Vice Président de l'Assemblée nationale, pour un an encore), territoire qui deviendra important dans le cadre de la réforme territoriale, avec le rapprochement de quelques intercommunalités. 

La question que je me pose : est-ce Marc Le Fur n'aurait-il pas compris l'erreur qu'il a fait pendant quinze ans :s soutenir "la clique à Huet" au détriment de la reconstruction d'une droite locale, une vrais' en, dans la ligne du parti. Ce qui lui a peut-être fait perdre les régionales. 

Bon courage à Bruno Le Bescaut. L'état des finances de la commune est lamentable et il n'a que quatre ans (dont un budget déjà voté) pour faire ses preuves, celles des qualités d'une gauche que j'aime, celle qui sait gérer, sait entreprendre, sait faire réussir. 

Cela me rappelle que je me suis encore engueulé avec un clown de la vraie gauche, mais du pays, mon ancien prof d'Allemand, qui me connaît probablement depuis cinquante ans (c'était un collègue à mes parents) et qui a fini par me traiter de sale con à la première contrariété. Tout dans la gueule, rien dans l'argumentation.

La gauche de la gauche locale est aussi bête que celle nationale. C'est rigolo. Gérard, pas Huet, l'autre. J'attends des excuses mais tu ne les présenteras pas. Être ordurier est ta marque de fabrique. Ou celle de tous les Gérard. 

4 commentaires:

  1. C'est qui la "gauche de la gauche locale" ? Je ne savais pas que ça existait à Loudéac...Par contre, LE HO c'est bien connu à Loudia...2 frères, l'un coco et l'autre de droite...Rigolo non ? Quant à Didier Chouat, je l'ai bien connu aussi...Il a perdu son mandat de député parce qu'il n’avait pas compris qu'il était dans une terre de chouans...La gauche à Loudéac, c'est un non sens historique

    RépondreSupprimer
  2. Je commente ici un de tes billets d'ailleurs.

    Bud Spencer et Terrence Hill, mes héros du rire.

    C'est vrai que tu as un peu du premier a part que lui avait toujours l'air de vouloir nous en coller une alors que toi tu as toujours l'air mélancolique.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand je pose sans lunette pour un selfie, à cause des cernes et de la nécessité de fixer l'iPhone en ouvrant bien les yeux pour voir l'écran.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.