08 septembre 2016

Les 20 millions DTC

Ayant la flemme de bloguer, je vais rebondir sur le billet de Monsieur Le Gros Camino pour dire mon écœurement. Ces connards de droite critiquent Hollande et ses frais de coiffeurs. C'est un raccourci. Dans la coiffure, c'est normal. (De faire un raccourci, excusez-moi, j'ai aussi des lecteurs non-comprenants.) Les mêmes connards défendent Sarkozy, inculpé (mais pas forcément coupable, respectons la présomption machin)(ça me fait toujours rigoler) pour nous la foutre d'une vingtaine de millions. 

Je répète : il y aurait eu un détournement de fonds d'une vingtaine de millions pour que ce type puisse garder le pouvoir ce qu'il à échouer à faire. Mais il y a le truc d'innocence (mouarf). Non seulement ils le défendent mais, en plus, il voudrait remettre au pouvoir un type qui poivre rien qu'avec cette histoire qu'il est totalement incompétent. Il a dépenser deux fois la somme autorisée et à échoué. 

Vous l'imaginez à décider du montant de nos impôts. D'ailleurs, il l'a fait pendant cinq ans et a échoué. 

Et des cons le défendent. 

Amen. 


http://www.gogocamino.com/2016/09/cher-pays-de-notre-enfance.html?showComment=1473363393892&m=1#c8984315848744984253

3 commentaires:

  1. Passer de 15 meetings prévus à 44 au final. Ce que nous apprendra << Envoyé spécial >> finalement maintenu au 29 septembre , malgré le chantage de l'EX , bravo Lucet ; et Sarko ... " Ni " !!! sa connaissances sur l'explosion de ses comptes .
    Il est vraiment Il est vraiment phénoménal ,la lala lala ...
    vincent

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends qu'on ait la flemme de bloguer, étant donné qu'il n'y a aucun sujet d'intérêt en ce moment en France.

    Les mêmes histoires, les mêmes politiques, les mêmes têtes... c'est vraiment assomant.

    En attendant profitons de la "vraie vie"

    Hélène dici

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.