21 septembre 2016

Vive le libéralisme de gauche !

Je suis bien content. L'ami Sarkofrance reprend son blog, le vrai, au quotidien, celui où il tape sur Sarko. 


Halte aux liens pourris, d'ailleurs !

Mais je le tacle à un moment, celui où il parle de libéralisme (un detail dans son billet, je chipote). 

Prenez les cars Macron. J'ai vu un tas de gauchistes rigoler en pointant du doigt des lignes qui ferment et en tirer une vague réflexion globale sur le libéralisme. Ils disaient en conséquence que la loi Macron ne sert à rien, que c'est une erreur et toussa. Polope. C'est l'essence du libéralisme. Des types tentent un truc et échouent : ils l'ont dans le cul. Ils réussissent : tant mieux pour eux et leurs clients. 

On s'en fout. Réellement. Ce n'est pas notre problème. S'ils arrivent à concurrencer le service public, la SNCF, c'est que le service public n'en est plus un. Il n'a plus de raison d'être. Il doit se concentrer sur les domaines où le privé ne peut pas rendre le service. 

Et c'est là où le libéral de gauche intervient. Tiens ! Pourquoi ne pas taxer un vol Paris Nice privé pour financer un vol Strasbourg Limoges public ? 

Je vais citer un dernier exemple : pourquoi imposer administrativement une heure de fermeture des bistros ? 

Ah ! J'ai la reponse : s'il y a un risque de trouble à l'ordre public. Mais c'est une raison de droite. L'antilibéralisme est un truc de droite. Un type de gauche dirait : laissons les bistros fermer quand ils veulent ; il revient à la justice de les fermer s'il y a infraction à des lois. 

Le libéralisme est bien de gauche et arrêter de nous obliger à quitter les bistros à une heure déterminée. Notons que les patrons de bistros sont bien de droite : ils prétextent la loi pour fermer alors qu'ils pourraient fermer en disant à leurs clients : vous me cassez les couilles, il est tard et vous me coûtez plus cher que ce que je gagne. Ils préfèrent dire : on ferme, je vais être emmerdé par les flics, cassez-vous. 

Ce sont des capitalistes. Pas des libéraux. Et le soir où ils sont obligés de fermer alors qu'ils ont plein de client, ils gueulent contre l'Etat alors qu'ils ont voté pour la droite qui a imposé des heures de fermeture. 

C'est simple, non ?

4 commentaires:

  1. Je ne vois dans le libéralisme que le triomphe de l'individualisme.

    - "Pousse toi de là que je m'y mette, et que le meilleur gagne".

    - "Désossez les états et laissez nous décider chacun de notre côté, tant pis pour l'affaiblissement des pays qui deviendront la cible des plus gros"

    - "œil pour œil dent pour dent"

    - "gagneront : les plus forts et ceux que la nature a mieux lotis"

    C'est donc cela le social libéralisme ?

    vive le capitalisme conservateur !

    Helene dici

    RépondreSupprimer
  2. "Pourquoi ne pas taxer un vol Paris Nice privé pour financer un vol Strasbourg Limoges public ? "
    c'est un peu exagéré comme notion de service public... non ? qui voudrait donc faire strasbourg-limoges en avion ??
    On vous voit venir... Bientôt vous allez demander qu'on taxe les paris-marseille pour pouvoir ouvrir une ligne "de service public" kremlin-loudeac... ;o)
    m'enfin,
    Nap1128

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paris Limoges a un prix raisonnable serait déjà pas mal.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.